Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Suisses tiennent aux bilatérales avec l'UE. Dans un sondage de l'institut gfs.bern publié dans la NZZ am Sonntag, 61% des personnes interrogées privilégient le maintien des accords, plutôt qu'une application stricte de l'initiative contre l'immigration de masse.

D'après cette enquête mandatée par Interpharma et publiée par l'hebdomadaire zurichois, seuls 28% des sondés souhaitent que le texte de l'UDC soit fidèlement mis en œuvre et 11% ne donnent pas de réponse.

Cette question a été posée de façon quasi identique à cinq reprises, la première était en septembre 2014. Depuis, le soutien des Suisses aux accords bilatéraux avec l'Union européenne (UE) a crû, passant de 58, à 59 puis 61%, relève l'institut.

En outre, 43% des Suisses voient "uniquement des avantages" ou "plutôt des avantages" dans le maintien des bilatérales. La part de ceux qui y voient "uniquement des désavantages" ou "plutôt des désavantages" se monte à 24%.

L'enthousiasme des sondés a toutefois fléchi depuis la dernière enquête en février. A ce moment-là, 55% des Suisses percevaient surtout des points positifs, contre 23% qui avait une vision négative et 16% qui trouvaient qu'il y avait à la fois des avantages et des inconvénients.

Ambivalence

Selon l'institut de Claude Longchamp, cela ne signifie pas que les Suisses sont plus critiques, mais leur jugement est plus ambivalent. Les Helvètes pensent de plus en plus que les accords actuels ont plus ou moins le même nombre d'avantages et d'inconvénients.

Quelque 2500 citoyens de toute la Suisse ont été interrogés par téléphone entre le 19 et le 31 octobre. Le journal ne communique pas la marge d'erreur.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS