Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une majorité des Suisses est insatisfaite de l'accord de libre circulation des personnes passé avec l'Union européenne (UE). Dans ce camp, la plupart plaident pour une renégociation, selon un sondage de la plateforme Vimentis.

Le sondage en ligne mené du 5 novembre au 30 décembre porte aussi sur d'autres sujets. Ainsi, 74% des Suisses seraient favorables à l'interdiction de la burqa et 89% à ce que les étrangers voulant s'établir en Suisse soient tenus d'apprendre la langue de la région.

69% des sondés sont favorables à un abandon du nucléaire (52% à terme, 17% immédiatement), contre 43% en 2008 (35%, 8%). La part des personnes prêtes à payer une taxe sur l'électricité a quant à elle passé de 15 à 39%. Rayon transports, 71% des Suisses voudraient davantage d'investissements. 59% privilégient l'infrastructure ferroviaire et 30% la route.

Mécontentement

D'une manière générale, 48% sont mécontents ou plutôt mécontents de la politique contre 44% qui ont affiché l'opinion inverse. Les plus critiques sont les électeurs des Verts et de l'UDC, alors que ceux du PDC, du PLR, du PVL et du PBD sont plus cléments. Les socialistes sont partagés.

En tête des préoccupation, la pauvreté, la sécurité sociale et l'inégalité des revenus (24%) suivi de la politique des étrangers et la migration (20%).

Libre circulation

Concernant la libre circulation, 43% des Suisses souhaitent renégocier l'accord, 36% le garder, 16% le résilier et 5% n'affichent aucune opinion. La marge d'erreur est, selon les sondeurs, de plus ou moins 4 points.

La majorité d'insatisfaits est notamment forte à Genève, au Tessin et à Schwyz, où la proportion de personnes en faveur du statu quo passe en dessous de 30%. La part des sondés favorables à l'accord augmente avec l'âge, le revenu et le niveau d'étude. Les électeurs de l'UDC sont 39% à vouloir une résiliation contre seulement 4 à 6% chez les électeurs des autres partis gouvernementaux.

ATS