Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'acquisition par les Länder allemands de CD contenant des données bancaires continue de susciter des réactions en Suisse. Dans un sondage, 70% des Suisses soutiennent l'accord fiscal avec Berlin, contre lequel plusieurs référendums sont lancés ou annoncés et qui pourraient amener le peuple à trancher.

Selon un sondage publié par la "SonntagsZeitung", près de 70% des Suisses approuvent l'accord fiscal avec l'Allemagne. Il serait rejeté par 21% des sondés.

Les partisans de l'accord se trouvent dans tous les partis: dans les rangs de l'UDC, ils sont 56% à être favorables à l'accord. Un soutien qui monte à près de 90% au sein du PDC. Les adhérents du PS l'approuvent à presque 71%, ceux du PLR à 79%.

Romands peu préoccupés

Seuls 44% des Suisses estiment que l'achat par l'Allemagne de CD bancaires est nuisible à l'accord fiscal. En Suisse romande, ces achats préoccupent peu les esprits, puisque 20% seulement sont de cet avis, contre 52% en Suisse alémanique.

Une majorité des sondés se dit également en faveur d'un assouplissement du secret bancaire en Suisse. Ils sont 59% au total à vouloir le lever lors de soupçons de grave soustraction fiscale. Cette position recueille toutefois majoritairement les voix d'adhérents du PS et du PDC.

Pour ce sondage, l'institut Isopublic a interrogé 1010 citoyens de Suisse alémanique et Suisse romande du 18 au 20 juillet.

"Achats inadmissibles"

La presse dominicale évoque également les CD bancaires. Pour le secrétaire d'Etat chargé des questions fiscales, Michael Ambühl, ces achats ne sont tout simplement "pas admissibles", même avant l'entrée en vigueur de l'accord fiscal avec l'Allemagne.

Cet accord autorise l'acquisition passive de données bancaires venant de Suisse, mais pas l'acquisition active, explique M. Ambühl dans une interview au journal alémanique. "Ce qui signifie que l'achat, qui est par définition un geste actif, n'est pas possible".

Le problème est que le gouvernement allemand n'a manifestement pas les moyens juridiques pour imposer cette interdiction dans les Länder.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS