Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un nouveau sondage confirme l'intérêt d'une majorité de Suisses pour une caisse maladie unique. Ils sont 56% à soutenir la création d'une telle institution de droit public. En Suisse romande, ce taux atteint même 62%, contre 54% en Suisse alémanique.

Alors qu'un Suisse sur 10 ne s'est pas encore forgé son opinion, 33% sont opposés à une caisse unique, que réclame une initiative populaire lancée en février. Ce sondage commandé par le "SonntagsBlick" et le "Blick", et publié lundi dans ce dernier, confirme les résultats d'une étude mandatée par santésuisse elle-même.

Selon les chiffres du "sondage santé 2011" diffusés il y a trois semaines par la faîtière des assureurs maladie, deux tiers des Suisses se montrent favorables à une caisse unique, contre 36% qui jugent le système actuel satisfaisant. Il y a une année, encore 48% des personnes interrogées s'exprimaient en faveur du statu quo.

En 2007, le projet d'une caisse unique avait été clairement balayé en votation populaire. La situation semble s'être entretemps inversée, en particulier dans les villes où l'initiative lancée par le camp rose-vert et des organisations de consommateurs et de patients rencontre un écho plus favorable que dans les campagnes et les agglomérations, selon le sondage.

Initiative déposée cette année

La récolte de signatures se déroule bien et le texte devrait être déposé cette année encore, a indiqué à l'ats le secrétaire général du PS Thomas Christen, confirmant l'information du "Blick". Le peuple pourrait dès lors être appelé aux urnes en 2013, voire 2014.

Avec une caisse unique de droit public pour l'assurance de base obligatoire, les initiants pensent pouvoir réaliser des économies, notamment grâce à des coûts administratifs et publicitaires nettement plus faibles.

Le présent sondage a été réalisé par l'institut Demoscope sur mandat des deux journaux du groupe Ringier. Mille deux citoyens ont été interrogés en Suisse romande et alémanique entre le 19 et le 26 septembre, soit avant la publication des primes 2012. La marge d'erreur est proche de 3%.

ATS