Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Voitures incendiées, jets de projectiles sur la police, un élu local molesté: une manifestation de partisans d'Etienne Tshisekedi a dégénéré vendredi soir à Bruxelles après l'annonce de la réélection de Joseph Kabila en République démocratique du Congo (RDC). Quatre personnes ont en outre été tuées à Kinshasa.

Présents depuis le milieu de l'après-midi aux portes de Matonge, le quartier "africain" de la capitale belge, les manifestants se sont heurtés dans la soirée à la police déployée en force, après l'annonce à Kinshasa de la défaite du vieux leader de l'UDPS aux élections du 28 novembre, selon plusieurs médias belges.

"Plusieurs véhicules" ont été incendiés, a indiqué la police locale, sans plus de précisions. Deux personnes suspectées d'avoir jeté des cocktails Molotov ont été arrêtées. Près de 200 autres manifestants ont été emmenés pour des contrôles d'identité, selon l'agence de presse Belga.

Un élu violemment frappé

Des manifestants en colère, qui dénoncent des résultats "truqués", s'en sont également pris à un échevin (adjoint au maire) d'Ixelles (une commune de Belgique). Béa Diallo était venu expliquer les raisons pour lesquelles les rassemblements de plus de 10 personnes avaient été interdits dans le quartier ces derniers jours.

A son arrivée sur place, cet ancien champion de boxe de Belgique, originaire du Liberia et élu sur les listes du Parti socialiste, a été immédiatement encerclé par une vingtaine de manifestants en colère. Ils l'ont invectivé, bousculé et frappé jusqu'à ce qu'il soit évacué par la police, selon Belga.

Plusieurs morts à Kinshasa

En RDC la violence est également très vive. Quatre personnes ont été tuées par les forces de l'ordre à Kinshasa entre vendredi soir et samedi, a annoncé le chef de la police de la RDC. Des incidents violents se sont produits dans la capitale après l'annonce de la victoire du président sortant Kabila.

Les victimes seraient principalement des pillards, mais une femme a été mortellement atteinte par "une balle perdue" lors d'un pillage. Cinq personnes ont aussi été blessées.

ATS