Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Russie a opposé mercredi son veto à un projet de résolution de l'ONU reconnaissant le massacre de Srebrenica comme génocide. Une "marche pour la paix" a débuté avant le 20e anniversaire de ces violences, alors que le Premier ministre serbe doit se rendre sur place.

A New York, quatre autres pays du Conseil de sécurité de l'ONU, l'Angola, la Chine, le Nigeria et le Venezuela, se sont abstenus lors du vote sur le massacre de 8000 musulmans dans la ville bosnienne en juillet 1995.

Récusant le terme de génocide, la délégation russe proposait de le remplacer par "crimes le plus grave aux yeux de la communauté internationale". Le président serbe Tomislav Nikolic a qualifié cette mesure lancée par la Russie de "grand jour pour la Serbie".

Selon le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPI), le massacre de musulmans par les forces bosno-serbes à Srebrenica relève bien du génocide.

Extradition récemment

La commémoration qui doit avoir lieu samedi avait été remise en cause par l'arrestation en Suisse de l'ancien commandant militaire de Srebrenica, Naser Oric, sur mandat serbe. Il avait toutefois ensuite été extradé vers la Bosnie, conformément à un accord entre la Serbie et ce pays.

"Il est temps de montrer que nous sommes prêts à la réconciliation, que nous sommes prêts à nous incliner devant les victimes des autres. Le gouvernement serbe a décidé ce soir que je représenterai la Serbie, le 11 juillet à Srebrenica", a déclaré mardi soir le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic.

M. Vucic, un ancien ultra-nationaliste devenu pro-européen convaincu, a condamné un "crime odieux". Toutefois, le chef du gouvernement refuse de reconnaître qu'un génocide ait été perpétré à Srebrenica.

Selon un sondage récemment réalisé en Serbie, 54 % des personnes interrogées condamnent le crime commis à Srebrenica, mais la réalité d'un génocide est en revanche niée par 70 % des interviewés.

Plusieurs milliers de personnes présentes sur place

Près de Srebrenica, des milliers de personnes ont entamé mercredi une "marche pour la paix" sur un trajet long d'une centaine de kilomètres qui avait été emprunté, dans le sens inverse, par quelque 15'000 musulmans de Srebrenica fuyant les forces serbes de Bosnie.

Ils doivent arriver à Srebrenica vendredi, à la veille du 20e anniversaire du massacre.

Des rescapés et des milliers d'autres marcheurs qui entendaient montrer leur sympathie pour les victimes se sont rassemblés avant leur départ dans le village de Nezuk.

Les premiers 4000 musulmans bosniens fuyant Srebrenica sont arrivés dans cette localité du nord-est de la Bosnie, après un périple qui a duré de quelques jours à plus d'un mois. Sur les 15'000 hommes ayant fui Srebrenica, environ 7000 ont été rescapés.

ATS