Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une nouvelle baisse des nuitées hôtelières est à prévoir en Suisse pour la saison estivale qui a démarré en mai. Sur un an, le recul escompté sera de 1,7%, tandis que la seule demande étrangère devrait fléchir de 3,4% en raison du franc fort.

Le tourisme indigène aura un effet stabilisateur (+0,6%), selon les prévisions de l'institut conjoncturel BAKBASEL publiées mardi par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). La crise de la zone euro et les taux de change défavorables pénalisent les hôteliers suisses.

Quant à la saison d'hiver 2011/12, elle a bouclé sur des nuitées en déclin de 3,2%, les destinations alpines accusant un repli de -6%. Souffrant en outre du froid glacial, les remontées mécaniques s'attendent à des pertes sèches de l'ordre de 3,3% au niveau du chiffre d'affaires.

Creux de la vague en vue

Suisse Tourisme pour sa part se montrait plus pessimiste voici peu et anticipait une contraction globale de 2 à 3% pour la période de mai à octobre.

Si les visiteurs en provenance d'Europe occidentale devraient encore se raréfier cet été, la demande asiatique continuera à progresser, relève le SECO. Le tourisme suisse touchera vraisemblablement le creux de la vague vers la fin de l'année.

Si la force de la devise helvétique pèsera encore, BAKBASEL croit à une reprise dès 2013 et table sur une croissance de 1%. Après cinq années de vaches maigres, l'augmentation pourrait atteindre 2,7% en 2014.

ATS