Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le débat fait de nouveau rage sur les origines de la vie complexe sur Terre après la découverte de fossiles d'organismes pluricellulaires (photo symbolique).

KEYSTONE/EPA DPA/DANIEL NAUPOLD

(sda-ats)

Des chercheurs annoncent avoir découvert des fossiles d'organismes pluricellulaires, des eucaryotes, datant de 1,56 milliard d'années. Cette affirmation repousse largement l'origine de la vie complexe sur Terre, mais elle est également très sujette à controverse.

"Nous affirmons que notre découverte repousse de près d'un milliard d'années l'apparition des eucaryotes multicellulaires macroscopiques", a dit à l'AFP Maoyan Zhu, de l'Académie des Sciences de Pékin, coauteur de l'étude parue mardi dans Nature Communications.

Une annonce dont le bien-fondé est contesté par Jonathan Antcliffe de l'University d'Oxford aux Royaume-Uni: "Nous ne devons pas confondre des eucaryotes multicellulaires et des colonies d'organismes unicellulaires".

Les premières formes de vie apparues sur Terre voici environ 3,5 milliards d'années étaient unicellulaires, des êtres vivants constitués d'une seule cellule sans noyau, comme les bactéries.

Les formes de vie complexes, comme les plantes et les mammifères, ont des cellules dites "eucaryotes", avec des chromosomes abrités dans un noyau. Les études précédentes font généralement remonter l'existence des eucaryotes à 635 millions d'années.

Empreintes carbonisées

Ces nouveaux fossiles, découverts par Maoyan Zhu et son équipe, sont des empreintes carbonées (167 en tout) et ont été mis au jour à Gaoyuzhuang, en Chine du Nord. Selon l'étude, la majorité des fossiles retrouvés sont de forme linéaire et mesurent jusqu'à 30 centimètres de long pour huit de large.

"Ce sont certainement les plus anciens eucaryotes multicellulaires", explique à l'AFP Philip Donoghue, de l'Université de Bristol au Royaume-Uni.

Autre son de cloche: "Je ne suis pas du tout convaincu que ce soient des eucaryotes qui donnent ces empreintes carbonées parce qu'elles sont homogènes, simples en termes de morphologie, il n'y a pas de diversité", explique à l'AFP Abderrazak El Albani, de l'Université de Poitiers.

Débat déjà en 2010

Le débat avait déjà fait rage en 2010, quand Abderrazak El Albani et son équipe avaient annoncé dans la revue Nature avoir découvert des fossiles sur le site de Franceville au Gabon prouvant que l'existence des eucaryotes remontait à 2,1 milliards d'années.

Mais cette fois le chercheur se dit "un tout petit peu réservé". "Pas parce que je n'y crois pas, mais parce qu'il n'y pas suffisamment d'arguments pour avancer l'hypothèse d'une multicellularite complexe eucaryotique comme ils peuvent le faire", explique le chercheur.

ATS