Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une nouvelle espèce de grenouille a été découverte à la grande surprise des scientifiques non dans une zone reculée, mais dans la ville de New York et dans ses environs, a annoncé mercredi la National Science Foundation (NSF), une agence fédérale américaine.

Il s'agit d'une nouvelle grenouille léopard, que les scientifiques avaient pris pendant des années pour une variété déjà connue de grenouille léopard --il en existe une douzaine--, avant de se rendre à l'évidence. Son ADN, son coassement, sont uniques.

Elle n'a pas encore de nom, mais les scientifiques ont pu établir son lieu de vie: d'abord probablement à Manhattan et dans quelques endroits alentour. Et désormais dans un périmètre limité, dont le Stade des Yankees, dans le Bronx, serait le centre.

"Qu'une nouvelle espèce soit passée inaperçue dans ce secteur est incroyable" a souligné Brad Shaffer, biologiste de l'UCLA (Université de Californie à Los Angeles), dont les recherches sont financées par la NSF.

Shaffer et d'autres scientifiques ont comparé l'ADN de cette nouvelle grenouille à celui de toutes les autres grenouilles léopard pour établir qu'il s'agissait d'une nouvelle espèce.

"De nombreux amphibiens sont difficiles à trouver, mais ces grenouilles sont assez évidentes", a-t-il souligné: "Cela montre que dans la plus grande ville des Etats-Unis, il y a encore des espèces à découvrir".

"C'est fascinant, dans une zone tellement urbanisée", a abondé Cathy Newman, spécialiste de l'université de Louisiane, qui a détaillé les résultats des recherches dans le journal Molecular Phylogenetics and Evolution.

Les nouvelles grenouilles ressemblent beaucoup aux autres grenouilles léopard. Mais elles se distinguent par leur coassement très court et répétitif, d'abord repéré par un scientifique de l'université Rutgers dans le New Jersey, Jeremy Feinberg.

"Quand je les ai entendues la première fois, c'était tellement différent, je savais qu'il y avait quelque chose", a-t-il expliqué. Les tests ADN l'ont confirmé.

ATS