Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Gigantesque, le brachiosaure était tout de même moins imposant qu'on a pu l'imaginer. Une nouvelle méthode de calcul publiée mercredi dans la revue "Biology Letters" de la Royal Society britannique le gratifie d'un poids de... seulement 23 tonnes.

Le brachiosaure est l'un des plus gros animaux terrestres connus. Ce dinosaure herbivore mesurait environ 25 mètres de longueur. Plusieurs estimations de son poids ont été proposées dans le passé, la plupart autour de 40 tonnes, mais certaines, dans les années 60, avoisinaient même les 80 tonnes.

Une équipe de biologistes a depuis lors développé une nouvelle technique pour estimer avec précision le poids des dinosaures.

Les chercheurs ont utilisé des lasers pour mesurer la quantité minimale de peau nécessaire pour "envelopper", à la manière d'un film étirable, les squelettes de mammifères d'aujourd'hui (bison, taureau, chameau, éléphant, girafe, cheval, rhinocéros, ours polaire...). Ils ont établi un rapport entre ce volume d'enveloppement "peau et os" et la masse corporelle de l'animal.

Les biologistes ont ensuite appliqué leur modèle mathématique au plus grand squelette de dinosaure au monde, le "Brachiosaurus brancai" du Musée d'histoire naturelle de Berlin, estimant le poids de l'animal à 23 tonnes, autrement dit bien moins que les estimations précédentes réalisées avec des méthodes différentes.

Fausses estimations

Cette nouvelle méthode "est complètement objective", a assuré l'auteur principal de cette étude, Bill Sellers, de l'Université de Manchester, en Grande-Bretagne, qui souligne que la masse corporelle est un paramètre très important pour les biologistes.

Les chercheurs estiment qu'il s'agit d'"une méthode robuste" pour estimer le poids à partir d'un squelette reconstitué.

Pour de nombreux dinosaures, l'écart ne serait pas aussi important que pour le brachiosaure, mais ce sont vraisemblablement "les estimations les plus légères" qui sont correctes, a ajouté le chercheur.

ATS