Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une importante oeuvre de jeunesse du compositeur russe Igor Stravinsky a été retrouvée parmi de vieux manuscrits au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, a annoncé mercredi cet établissement. La partition était considérée comme perdue pendant plus d'un siècle.

Le Chant Funèbre composé en 1908 était considéré par son compositeur comme une de ses meilleures oeuvres de jeunesse. Il en regrettait la disparition. La partition a toutefois "été miraculeusement retrouvée dans notre bibliothèque à l'occasion d'un déménagement", a expliqué Natalia Braguinskaïa, musicologue et spécialiste de Stravinsky.

Cette pièce de douze minutes a été découverte de manière fortuite par une bibliothécaire qui organisait le déménagement des archives du Conservatoire. Elle a remarqué que le nom d'Igor Stravinsky figurait sur un des cahiers de musique parmi toutes les piles de manuscrits non cataloguées.

"Elle m'a immédiatement appelée et on a découvert qu'il s'agissait de la partition d'orchestre du Chant Funèbre", raconte, émue, Mme Braguinskaïa. Cette dernière procédait depuis longtemps à des fouilles dans les archives du Conservatoire, jusque-là sans succès.

En mémoire de Rimski-Korsakov

Le Chant Funèbre a été composé en mémoire du compositeur russe Nikolaï Rimski-Korsakov, auprès duquel Stravinsky suivait des cours. Cette pièce n'a été jouée qu'une fois, en janvier 1909, au conservatoire de l'ancienne capitale impériale.

"Le Chant Funèbre" était une pièce considérée comme détruite ou disparue après la révolution bolchévique de 1917 et la guerre civile qui la suivit. A l'époque soviétique, le nom de Stravinsky, musicien "moderniste" qui avait quitté sa patrie pour l'étranger, était délibérément occulté par les autorités communistes.

Séjour parisien

Igor Stravinsky est considéré comme l'un des compositeurs et chefs d'orchestre les plus influents du 20e siècle. Il accéda à la renommée internationale avec trois ballets de Sergueï Diaghilev dont il composa la musique: L'Oiseau de feu (1910), Petrouchka (1911) et son oeuvre la plus connue, Le Sacre du printemps (1913).

Les compositeurs français Claude Debussy, Maurice Ravel et Florent Schmitt l'accueillirent avec enthousiasme à Paris. Il s'intégra alors à la société artistique de l'époque que fréquentaient notamment Pablo Picasso, Georges Braque et Jean Cocteau.

ATS