Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une pétition contre un projet d'éducation sexuelle dans les écoles alémaniques a été remis à la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP), mardi à Berne. La CDIP parle de malentendus et d'informations erronées.

Des enseignants ainsi que des politiciens de l'UDC, du PEV et de l'UDF soutiennent la pétition "contre la sexualisation de l'école obligatoire" lancée à fin juin. Le texte compte 91'816 signatures, selon le comité des pétitionnaires. Ces derniers attaquent le "plan d'études 21" devant être appliqué dès 2014 dans tous les cantons alémaniques.

Celui-ci est actuellement en préparation et le contenu du programme de l'école obligatoire doit être précisé et mis en consultation en 2013. Cette pétition s'inscrit donc dans ce contexte.

Les pétitionnaires s'inquiètent notamment du fait que les parents ne pourraient influencer ni le contenu des leçons ni le matériel d'enseignement. Ils voudraient aussi offrir la possibilité aux parents de dispenser à leurs enfants de tels cours.

Des allégations

La CDIP a confirmé avoir reçu cette pétition. Dans un communiqué, elle regrette que les débats suscités par ce thème important soient marqués "par un certain nombre de malentendus et d'informations erronées". Elle entend répondre aux pétitionnaires à une date ultérieure.

Pour la CDIP, il apparaît toutefois déjà que "les documents des pétitionnaires contiennent des allégations sans fondement concernant le plan d'études 21". Pour l'essentiel, résume-t-elle, cette pétition "s'oppose à des intentions que l'on prétend faire partie de ce plan d'études".

Trois niveaux

En Suisse romande, de tels cours d'éducation sexuelle figurent déjà au programme des élèves. Ce type d'information est répartie en trois niveaux. Le premier concerne l'école enfantine axée sur la prévention des abus sexuels et fait passer le message "ton corps t'appartient et personne ne peut y toucher".

Les élèves du primaire dès 12-13 ans reçoivent une information sexuelle et affective. Elle met l'accent notamment sur la prévention des dangers d'Internet. Les cours sur la reproduction humaine sont donnés à partir de 13 ans dans les cours de sciences ou de biologie.

ATS