Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une pétition demande des nuits sans bruit d'avions

La Coalition environnement et santé pour un transport aérien responsable (CESAR) a lancé une pétition contre le bruit des avions (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ

(sda-ats)

La Coalition environnement et santé pour un transport aérien responsable (CESAR) a jeudi lancé une pétition contre le bruit des avions. Elle demande notamment à la Confédération de garantir un couvre-feu nocturne dans tous les aéroports et les aérodromes suisses.

CESAR part d'une part du principe que la Confédération planifie le développement du transport aérien, d'autre part qu'elle a pour mission de protéger la population, et lui demande par conséquent de prendre deux mesures principales.

La coalition demande premièrement de garantir le couvre-feu nocturne de 22h00 à 07h00 dans tous les aéroports et les aérodromes suisses. Seuls les vols indispensables pour des raisons de sécurité ou le bon fonctionnement des hubs seraient admis.

La pétition demande ensuite de fixer de nouvelles valeurs-limites d’immission de bruit en se basant sur les connaissances scientifiques actuelles, et de garantir leur respect.

Dangereux pour la santé

Se basant sur plusieurs études, CESAR rappelle dans un communiqué que le bruit du trafic aérien perturbe et rend gravement malade: "Les personnes régulièrement exposées au bruit du trafic aérien ont un plus grand risque de souffrir d’hypertension, de maladies cardiovasculaires et de diabète."

La coalition ajoute que cette exposition régulière peut également affecter le psychisme par le stress et les perturbations de sommeil. Elle précise que les enfants sont particulièrement touchés par le bruit du trafic aérien.

Selon CESAR, les valeurs-limites d'immission définies dans l’ordonnance sur la protection contre le bruit sont régulièrement dépassées autour des aéroports et des aérodromes. Malgré cela, ajoute la coalition, la Confédération continue de miser sur une croissance inconsidérée du trafic aérien.

"Alors que la Suisse comptabilisait 468’226 mouvements aériens en 2016, la Confédération en prévoit 632’0001 en 2030, ce qui entraînera inévitablement une augmentation des vols de nuit déjà de plus en plus nombreux", précise-t-elle. Et la CESAR d'ajouter que quelque 65’000 personnes sont exposées à un bruit excessif du trafic aérien durant la journée et 95'000 durant la nuit.

Mesures en cours

La pétition de CESAR vise tous les aéroports et les aérodromes suisses. La Confédération et le canton de Genève, qui ont en novembre 2017 fixé un cadre pour le développement de l'aéroport de Genève jusqu'en 2030, ambitionnent par exemple de diminuer les nuisances sonores générées par le trafic aérien dans le même laps de temps.

La réduction du bruit se fera grâce notamment au renouvellement des flottes d'avions par les compagnies aériennes. Les appareils de dernière génération sont beaucoup plus silencieux. Une augmentation des taxes pour les avions les plus bruyants doit par ailleurs pousser à un changement de comportement des transporteurs.

La CESAR, créée en juin 2017, oeuvre à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de polluants et de bruit que génère le transport aérien.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.