Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En 2010, la pauvreté en Suisse a diminué: environ une personne sur 13 était touchée, contre une sur 11 en 2008. Cela représente néanmoins 586'000 personnes. Les catégories sociales les plus touchées sont les retraités et les familles monoparentales.

Pour 7,8% de la population, le revenu disponible du ménage était inférieur au seuil de pauvreté. Cela signifie que plus d'un demi-million de personnes n'avaient pas assez d'argent pour couvrir leurs besoins vitaux tels que la nourriture ou le logement et prendre part à la vie sociale, a indiqué vendredi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

L'évolution est plutôt positive: l'écart de pauvreté s'est notablement réduit en deux ans. En clair, les revenus de la population sous le minimum vital se sont rapprochés du seuil de pauvreté, explique l'OFS.

Familles monoparentales

Chez les enfants et les jeunes de moins de 18 ans, le taux de pauvreté atteint 7,6%, soit pratiquement le même niveau que celui de la population totale. En revanche, il est nettement plus important chez les personnes de 65 ans et plus (16%), et en particulier si elles vivent seules (26%).

Les familles monoparentales sont le groupe le plus touché puisque une personne sur quatre vit avec un revenu inférieur au minimum vital. Par contre, les familles nombreuses comptant trois enfants ou plus, dont on pourrait croire qu'elles sont menacées, affichent un taux dans la moyenne nationale.

ATS