Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les personnes de plus de 15 ans sans appartenance religieuse en Suisse sont presque deux fois plus nombreuses qu'en 2000. Leur part atteint 20,1% de la population, selon le recensement fédéral de 2010. Catholicisme et protestantisme restent les deux confessions les plus répandues, avec respectivement 38,8% et 30,9%.

A fin 2010, plus de 1,3 million de personnes de plus de 15 ans se déclaraient en Suisse sans confession. Ce chiffre ne se montait qu'à 664'000 il y a dix ans, ce qui représentait un pourcentage de 11,4%, indique mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Dans la tranche d'âge de 25-44 ans, une personne sur quatre était sans confession à fin 2010. A contrario, les seniors y sont les moins représentés (11,3%).

Les personnes sans confession ne sont pas un groupe homogène, a déclaré à l'ats Roger Husistein, collaborateur scientifique de l'Institut suisse de pastorale à St-Gall. Elles sont souvent toutefois plus formées que la moyenne.

Les personnes qui rejettent toute forme de religion ne sont pas la majorité des sans-confession. Une bonne part d'entre elles recherche d'autres manières de pratiquer leur foi, a précisé le collaborateur scientifique.

Perte de terrain

Les églises catholiques et protestante ont ainsi perdu du terrain depuis 2000. Il y a dix ans, la part des catholiques se montait à 42,2%, soit un recul de 3,4 points. La part des réformés entre 2000 et 2010 a diminué de 3,1 points.

La religion musulmane a en revanche augmenté. Avec 4,5% de fidèles dans la population en 2010, elle gagne 0,9 point par rapport à 2000. La part des communautés juives reste stable et très minoritaire, avec 0,2%.

Les personnes sans appartenance religieuse l'emportent sur les autres groupes dans les cantons de Neuchâtel (37%) et Bâle-Ville (42,2%).

ATS