Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ils sont arrivés mercredi midi à Paris avec plus de 200'000 kilomètres dans les pédales: partis le 8 juillet de Copenhague, treize cyclistes ont relié les deux capitales pour sensibiliser l'opinion au réchauffement climatique, à quatre mois de la conférence de Paris.

Au total, 61 personnes ont participé à la randonnée organisée par l'association française Cyclo Trans-europe, qui milite depuis 1996 pour le développement du cyclisme, rejoignant le groupe au gré des tronçons.

"Le départ de Copenhague est symbolique", explique Erick Marchandise, porte-parole de l'association. "Cette ville rappelle l'échec du sommet mondial sur le climat de 2009. En même temps, cette conférence a permis à la capitale du Danemark de s'ouvrir largement à l'écologie, notamment en développant des infrastructures pour la pratique du vélo".

Rencontre avec des élus

Sur leur route, qui est passée notamment par Bonn et Bruxelles, les randonneurs ont rencontré des élus et des personnalités préoccupés par le climat. Parmi elles, la responsable climat de l'ONU Christiana Figueres, qui a suivi le groupe sur sept kilomètres, un drapeau de l'Union européenne accroché à son vélo.

Cinq jeunes de Pantin, dans la banlieue nord-est de Paris, ont participé à la randonnée sur le dernier segment, de Compiègne à Paris. "C'était merveilleux, une vraie surprise. On est motivés à fond pour le refaire l'année prochaine", témoigne Foster, 19 ans, qui a découvert les problématiques liées au climat. "Prendre le vélo plutôt que la voiture, c'est facile. Il faut juste en avoir l'envie".

"Prise de conscience générale"

Avec cette manifestation, Cyclo Trans-europe entend participer à sa manière à la préparation de la conférence sur le climat (COP21) prévue du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, près de Paris.

"Ce genre de petit événement citoyen peut permettre une prise de conscience générale. Le vélo, ce n'est pas une solution miracle. C'est une des solutions", estime Erick Marchandise.

Au niveau européen, l'association veut promouvoir les "EuroVéloroutes", ces 14 routes réservées aux vélos et moyens de transports écologiques, qui jalonnent le continent.

ATS