Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - Le président américain Barack Obama a jugé "destructeur" le projet d'un petit groupe intégriste chrétien de Floride de brûler quelque 200 exemplaires du Coran samedi. Au cours d'un entretien diffusé jeudi, il a estimé que cela risquait d'engendrer des violences.
"C'est un geste destructeur" et "complètement contraire aux valeurs de l'Amérique", a estimé le président américain au sujet de l'intiative du "Dove World Outreach Center" dirigé par le pasteur Terry Jones, sur la chaîne américaine ABC. Le site de l'organisation n'était plus accessible jeudi, la société qui l'hébérgeait ayant décidé de le désactiver.
"En tant que commandant en chef des forces armées américaines, je voudrais dire (au pasteur Jones) que ce projet dont il parle met vraiment en danger nos jeunes hommes et femmes en uniforme en Irak et en Afghanistan", a poursuivi M. Obama. "C'est une aubaine de recrutement pour Al-Qaïda", a-t-il également ajouté.
L'inititative du "Dove World Outreach Center" a provoqué des condamnations en cascade des plus hauts responsables américains, du Vatican et du monde islamique, mais le petit groupe intégriste campe sur ses positions.
Les exemplaires du Coran doivent être brûlés le 11 septembre, jour anniversaire des attentats de 2001, vers 18h00 locales (minuit heure suisse) à Gainesville (Floride).
Marche arrière "possible"Le pasteur Terry Jones a de son côté laissé entendre qu'il pourrait revoir ses plans s'il était contacté par les autorités américaines, dans un entretien publié jeudi par le quotidien "USA Today".
"Cela nous ferait clairement réfléchir. C'est ce que nous faisons en ce moment. Je ne pense pas que nous pourrions ignorer un tel appel", a dit M. Jones, précisant n'avoir été contacté ni par la Maison Blanche, ni par le département d'Etat, ni par le Pentagone.
Un porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell, a lui indiqué que l'administration Obama envisageait de contacter le pasteur.
Un pasteur adjoint du groupe, Wayne Sapp, a expliqué de son côté que la communauté de quelque 50 membres était "toujours en prière sur tout ça", notant que le groupe n'excluait pas de faire marche arrière.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS