Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Chelsea a remporté la 131e finale de la Coupe d'Angleterre en battant Liverpool 2-1 à Wembley. Les Blues ont gagné le trophée pour la 7e fois de leur histoire.
Ramires (11e) et Drogba (52e) ont lancé les Londoniens vers la victoire. Liverpool, largement dominé durant une heure, a réagi après l'entrée en jeu de Carroll, lequel réduisait le score à la 64e. L'avant-centre croyait ensuite avoir égalisé à la 82e sur une tête que Cech déviait miraculeusement sur la transversale. Sur les images TV, il n'était pas clair de voir si le ballon avait franchi la ligne avant l'arrêt du gardien tchèque.
Ce succès, le troisième consécutif pour un manager italien (Ancelotti en 2010 avec Chelsea, Mancini en 2011 avec Manchester City) est le premier trophée remporté par Roberto Di Matteo. Le natif de Schaffhouse est un habitué de la FA Cup, puisqu'il avait marqué dans l'ancien Wembley lors des victoires de Chelsea en 1997 et 2000. S'il mène son équipe au triomphe dans deux semaines à Munich en finale de la Ligue des champions contre le Bayern, on voit mal Roman Abramovich ne pas lui offrir un nouveau contrat.
Dans les rangs de Chelsea, le latéral Ashley Cole a fêté un record en gagnant la Cup pour la 7e fois de sa carrière. Jamais personne n'avait réussi une telle performance. Les Blues sont comme dans leur jardin dans le nouveau Wembley, où ils ont gagné la Cup en 2007, 2009, 2010 et cette année.
Pour Liverpool, cette finale a constitué un condensé d'une saison médiocre, malgré la victoire en Coupe de la Ligue. Les Reds n'ont rien montré de bon pendant une heure, manquant cruellement d'inspiration. Et les grossières erreurs défensives qui ont amené l'ouverture du score de Ramires sont inexplicables à ce niveau.
Kenny Dalglish doit aussi prendre sa part de responsabilité. Il a aligné un onze de départ trop défensif, laissant Suarez isolé en pointe. L'entrée de Carroll a changé la donne, mais elle n'a pas permis aux Reds d'arracher les prolongations au cours d'une dernière demi-heure intense qui a fait oublier le décevant spectacle offert en première période.

ATS