Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus d'une entreprise européenne sur cinq (22%) implantée en Chine envisage de retirer ses investissements de ce pays pour se diriger vers d'autres marchés émergents. Une enquête explique ce choix en raison d'un coût du travail en hausse et d'un cadre juridique incertain.

"La Chine devient un marché stratégique de plus en plus important pour les entreprises européennes, mais une proportion significative pourrait réorienter ses investissements et quitter la Chine, de plus en plus onéreuse, pour d'autres pays", selon une enquête de la Chambre de commerce européenne en Chine à laquelle ont répondu 557 entreprises membres.

Alors que 78% des sociétés se disent optimistes quant à une croissance de leurs opérations en Chine au cours des deux années qui viennent, seules 36% tablent sur une évolution favorable de leur profitabilité, d'après l'enquête.

Expansion à l'intérieur de la Chine

Pour grandir en Chine, 52% des entreprises prévoient une expansion vers des régions de Chine où elles ne sont pas encore implantées, notamment dans l'intérieur du pays où les salaires sont plus faibles et où certaines provinces accordent des mesures incitatives aux entreprises étrangères.

Les trois principales inquiétudes des entreprises européennes en Chine sont le ralentissement économique du pays, pour 65% d'entre elles, l'augmentation du coût du travail (63%), et le ralentissement économique mondial (62%), selon l'enquête.

Les obstacles réglementaires sont également mis en avant. "Lorsque nous regardons le cadre réglementaire, nous constatons que peu de progrès ont été réalisés", a déploré la chambre. "Une entreprise sur deux manque des occasions (sur le marché chinois) à cause d'obstacles réglementaires" qui favorisent les entreprises chinoises, a-t-elle ajouté.

ATS