Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La société zurichoise d'armement Rheinmetall Air Defence fait face à des accusations de corruption présumée en Inde. Un homme d'affaires indien a été inculpé samedi, accusé d'avoir essayé de soudoyer des fonctionnaires pour qu'ils retirent l'ex-Oerlikon Contraves d'une liste noire.

Selon le Central Bureau of Investigation (CBI) indien, cité par l'agence de presse britannique Reuters, l'homme d'affaires est soupçonné d'avoir reçu de Rheinmetall Air Defence 530'000 dollars (510'000 francs) pour influencer des hauts fonctionnaires de l'administration.

Lui et son épouse ont été arrêtés vendredi après que le CBI est intervenu lors d'une vaste opération sur dix lieux dans et autour de la capitale New Delhi. Tous deux ont été inculpés par un tribunal de la ville. Ils risquent jusqu'à cinq ans de prison s'ils sont reconnus coupables.

Le CBI a précisé qu'il enquêtait à la fois sur l'homme d'affaires et sur l'entreprise, dont le siège de la maison mère est à Düsseldorf en Allemagne, et celui de sa filiale de défense aérienne à Zurich.

En début d'année, Rheinmetall Air Defence avait été placé sur une liste noire des entreprises interdites de faire des affaires dans l'armement en Inde, à la suite d'allégations de corruption, fermement démenties par la société.

ATS