Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une soixantaine de caravanes sont installées à La Vue-des-Alpes (photo prétexte).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

Des gens du voyage étrangers se sont installés avec une soixantaine de caravanes à Pré Raguel, à La Vue-des-Alpes. Le Conseil d'Etat neuchâtelois a décidé dans l'urgence d'ouvrir exceptionnellement ce site jusqu'à lundi 14h00.

La décision d'autoriser les gens du voyage étrangers à s'installer à cet emplacement a été prise pour mettre fin à une situation de crise. La police neuchâteloise avait dû fermer l'autoroute A5 entre Bienne et Neuchâtel mercredi soir à la hauteur de Cressier (NE) car des caravanes étaient à l'arrêt sur la chaussée.

Des piétons se déplaçaient également sur la route en question. Ces infractions seront dénoncées pénalement, a indiqué jeudi le Conseil d'Etat neuchâtelois. Ces gens du voyage avaient quitté mercredi à l'issue d'un ultimatum le site qu'ils occupaient dans le canton de Berne, dans la région de Champion (Gampelen).

Le convoi d'une soixantaine de caravanes avait d'abord l'intention de s'installer sans autorisation sur un terrain situé sur la commune de Cressier. La police a mis en place un dispositif pour empêcher une occupation illégale. Le convoi de caravanes a été bloqué pour éviter qu'il ne quitte l'autoroute.

Tension

Les agents ont signifié aux gens du voyage qu'aucune aire n'était à disposition dans le canton. C'est le commandement de la police qui a demandé au Conseil d'Etat d'ouvrir en urgence le site de Pré Raguel pour éviter, selon les termes du canton, de "graves débordements". L'autoroute a pu être rouverte jeudi vers 01h00 du matin.

Le gouvernement neuchâtelois dit déplorer la manière de procéder des gens du voyage étrangers. "Les actes illicites dont certains d'entre eux se sont rendus responsables hier soir seront dénoncés et poursuivis", a-t-il écrit dans son communiqué. Il assure qu'il ne mettra pas d'aire de transit à leur disposition.

Un délai pour quitter les lieux leur a été fixé à lundi 14h00. Le Conseil d'Etat demande aux autorités fédérales de se saisir de la question du transit des gens du voyage étrangers qui est devenue problématique pour les cantons.

Etat déplorable

Avant de s'installer dans le canton de Neuchâtel, ces gens du voyage ont laissé derrière eux un terrain dans un état déplorable dans la région de Champion selon des riverains. "Ils ont fait leurs besoins partout, y compris sur la route et sur des prés bio", a déclaré le directeur des Etablissements pénitentiaires de Witzwil (BE) Hans-Rudolf Schwarz mercredi à TeleBärn.

Un habitant a fondu en larmes parce qu'il a été harcelé par des gens du voyage. Selon M. Schwarz, il a fallu faire pression pour que ces personnes quittent Champion. Un deuxième groupe y est encore présent, mais sur un terrain privé.

Le 26 mai, les gens du voyage avaient quitté l'aire de l'ancien Expo-Parc à Nidau (BE) pour Champion. Ils s'étaient alors engagés à ne plus camper sur le territoire cantonal jusqu'à la fin de l'année, avait indiqué la police bernoise.

Des scènes comme à Champion doivent être évitées à l'avenir dans le canton de Berne. Une place de transit devrait voir le jour au bord de l'autoroute Bienne-Soleure à Meinisberg (BE). Un projet sera présenté au gouvernement bernois durant le mois de juin.

ATS