Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une employée de l'oeuvre d'entraide suisse Helvetas en poste au Laos a été expulsée dimanche de ce territoire. Les autorités du pays l'accusent d'avoir tenu des propos contre le gouvernement.

Responsable des projets menés par Helvetas au Laos, Anne-Sophie Gindroz "est arrivée dimanche en Thaïlande voisine, d'où elle suit l'évolution de la situation", a indiqué à l'ats le porte-parole d'Helvetas Matthias Herfeldt, confirmant une information parue dans les journaux dominicaux alémaniques "SonntagsZeitung" et "NZZ am Sonntag". Le mari et les enfants de cette femme âgée de 45 ans se trouvent eux toujours à Vientiane, la capitale du Laos.

L'oeuvre d'entraide va maintenir son programme au Laos, pour lequel elle dispose d'un budget annuel de 3,4 millions de francs, a assuré M. Herfeldt. Helvetas soutient en priorité la population rurale du pays.

Employée depuis des années chez Helvetas, Mme Gindroz est accusée par les autorités du Laos de ne pas avoir respecté la constitution et les lois du pays, a précisé le porte-parole. Le détail de ce qui lui est reproché n'a pas été communiqué.

Procédure inhabituelle

L'expulsion de la Romande est une procédure inhabituelle, a expliqué M. Herfeldt. Helvetas, qui est épaulée par les autorités suisses, attend désormais des éclaircissements.

Du côté du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), l'ambassadeur en charge du Laos et basé à Bangkok, Christoph Burgener, est en contact avec les autorités laotiennes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS