Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une tempête solaire a frappé la Terre jeudi. Elle n'a toutefois pas été aussi forte qu'initialement annoncé par les autorités américaines. Washington avait craint qu'elle ne perturbe les communications satellitaires, le système GPS ou des réseaux de distribution électrique.

La tempête de particules, provoquée par une éruption solaire, a finalement été classée force un sur une échelle qui en compte cinq, a fait valoir l'agence américaine des océans et de l'atmosphère (NOAA).

"Jusqu'à présent aucune perturbation du système électrique ou des communications nous a été signalée", a dit Joseph Kunches, un expert de "la météo spatiale" à la NOAA, lors d'une conférence de presse. Il a toutefois souligné que les effets de cette tempête pourraient peut-être s'intensifier au cours des prochaines 24 heures, au terme desquelles le phénomène devrait cesser.

Perturbations annoncées

Peu avant cette conférence de presse, une porte-parole de la NASA, interrogée par l'AFP, avait fait état de "perturbations dans les communications radio et le système GPS", ainsi qu'à des modifications de routes de certains avions de ligne. Elle avait toutefois précisé n'avoir aucune connaissance directe de ces incidents.

La NASA avait annoncé mercredi que cette tempête solaire pouvait potentiellement "atteindre des niveaux élevés de gravité" et que ses effets pourraient durer jusqu'à vendredi. Pour autant, elle n'avait pas jugé nécessaire de prendre des précautions particulières pour les astronautes se trouvant à bord de la Station spatiale internationale (ISS) qui orbite autour la Terre à 350 km d'altitude.

Vents à très haute vitesse

Deux éruptions de plasma solaire ou éjection de masse coronale, à l'origine de cette tempête, se sont produites mardi soir et tôt mercredi matin à une heure d'intervalle dans la même région du soleil, selon la NASA.

Les vents chargés de particules solaires avançant à très grande vitesse - de 100 km/seconde à 2500 km/seconde - ont atteint l'atmosphère terrestre jeudi vers 11H45 suisses, selon la NOAA. Mais la tempête géomagnétique qui s'est produite au contact du champ magnétique terrestre n'a finalement atteint que la force un, le plus bas niveau de l'échelle.

ATS