Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Unia et Syna sont prêts à prolonger de deux mois la convention collective de travail (CCT) du secteur principal de la construction, qui arrive à échéance à fin 2011. Les deux syndicats entendent ainsi éviter le vide conventionnel en l'absence d'un accord avec le patronat.

Le texte comprendrait alors la hausse de salaire de 1,5% proposée jusque-là par la Société suisse des entrepreneurs (SSE), ont indiqué mardi à Zurich Unia et Syna. Leur objectif consiste à faire revenir les employeurs à la table de négociation pour tenter de conclure une nouvelle convention nationale.

Au début du mois, la SSE, échaudée par la journée de protestation organisée par les syndicats une semaine auparavant, avait posé des conditions à Unia pour la poursuite des discussions. Elle avait notamment exigé que l'actuelle CN soit prolongée sans condition jusqu'à l'entrée en vigueur du nouveau contrat collectif.

Exigence inacceptable

Il n'est toutefois pas question de prolonger de manière illimitée l'actuelle CN, une exigence inacceptable, a pour sa part nuancé Hansueli Scheidegger, le responsable de la branche construction pour Unia. Cela n'aurait pas de sens, l'objectif demeurant la conclusion d'une nouveau texte.

Les négociations initiales ont échoué cet automne. Fin novembre, les syndicats ont mobilisé plusieurs milliers de travailleurs pour dénoncer l'impasse dans un secteur qui emploie près de 100'000 personnes. Les partenaires sociaux se rejettent mutuellement la responsabilité de l'échec des pourparlers.

ATS