Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Unia poursuit son combat contre les magasins ouverts 24 heures sur 24. Le syndicat s'attaque à une initiative parlementaire du conseiller national Christian Lüscher (PLR/GE), qui demande de supprimer toute limitation au travail de nuit dans les magasins des stations-service.
L'initiative, qui sera traitée la semaine prochaine par la Commission de l'économie et des redevances et prochainement par le National, n'est rien d'autre qu'un cheval de Troie visant à étendre massivement les horaires des commerces, a dénoncé Vania Alleva, membre du comité directeur d'Unia, devant les médias à Berne.
Il s'agit d'une attaque inacceptable contre une liberté essentielle - la liberté de ne pas devoir être disponible 24 heures sur 24", ajoute-t-elle. Et d'accuser certains employeurs et leurs relais politiques d'accroître toujours plus la pression pour prolonger indéfiniment les heures d'ouvertures des commerces.
Le conseiller national André Daguet (PS/BE) renchérit, fustigeant cette "tactique du salami" des employeurs: "Un nombre croissant d'exceptions - ici un dimanche ou une nocturne, là une gare, une station-service ou une zone touristique - font que peu à peu l'exception devient la règle".
En conséquence, l'Union syndicale suisse (USS) réclame une stricte application de la loi en vigueur, qui n'autorise le travail nocturne qu'en cas de nécessité technique ou économique.
Autres branches concernées
Unia craint en outre une généralisation de la libéralisation des horaires de travail à d'autres secteurs que celui de la vente, qui emploie à lui seul quelque 300'000 personnes en Suisse, selon le syndicat.
"Car, lorsqu'un commerce peut ouvrir le dimanche ou la nuit, cela entraîne une extension des horaires d'autres corps de métiers: livraisons de produits frais, nettoyage, sécurité", relève Jean-Christophe Schwaab.
"Les 'besoins des consommateurs', qui on le sait ne suffisent pas à remplir les commerces 24 heures sur 24, justifient en fait un report du risque sur les salariés, note Jean-Christophe Schwaab, secrétaire syndical de l'USS.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS