Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ban Ki-moon a remercié Micheline Calmy-Rey lundi à Berne à l'issue de leur rencontre en marge de l'assemblée de l'Union interparlementaire (UIP). "Je salue la façon dont vous avez aidé la Suisse à devenir une présence au sein des Nations Unies", a dit le secrétaire général de l'ONU.

Vous avez été une "dirigeante forte au sein des Nations Unies", a-t-il poursuivi. "Merci et tout de bon Mme la Présidente", a encore ajouté Ban Ki-moon en français à la conseillère fédérale qui quittera ses fonctions en décembre.

Le secrétaire général sud-coréen a également exprimé sa reconnaissance envers la Suisse pour son aide financière, en particulier pour les 50 millions reçus dans le cadre de la rénovation des bâtiments du siège des Nations-Unies à Genève.

Compassion envers les "Indignés"

M. Ban a par ailleurs déclaré sa sympathie aux manifestations des "Indignés" contre la finance mondiale qui ont secoué la planète ce dimanche: "Les gens expriment leur frustration, c'est un message aux dirigeants de ce monde", a-t-il relevé. Pour lui, le défi le plus grand auquel font face les quelque 7 milliards d'êtres humains de la planète n'est pas le manque de ressources, mais la perte de confiance.

Les dirigeants du G20 ont une grande responsabilité, a-t-il insisté. Ils doivent gérer la crise et piloter l'économie. Ils devraient regarder au-delà des frontières nationales. "Il faut une perspective plus large pour sauver ce monde" a-t-il insisté.

Sur le Proche-Orient, il a estimé que l'échange de prisonniers entre Israël et les Palestiniens, qui prévoit mardi la libération du soldat franco-israélien Gilad Shalit, est un "mouvement positif vers la paix". Il a par ailleurs dit avoir appelé le président syrien Bachar al-Assad à mettre un terme aux "tueries en Syrie".

ATS