Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Union patronale suisse (UPS) et economiesuisse veulent favoriser l'emploi des seniors, des femmes et des jeunes. Ces organisations faîtières ont lancé leur projet "Avenir du marché suisse du travail" qui cible initialement les plus de 50 ans afin de conserver les savoir-faire.

Le projet consiste en un engagement de longue durée, dont l'objectif est d'accroître sensiblement le taux d'activité non seulement des personnes de plus de 50 ans mais aussi des femmes, des jeunes et des "personnes atteintes dans leur santé", ont expliqué l'UPS et la Fédération suisse des entreprises (economiesuisse) devant la presse mercrdi à Berne.

L'initiative des milieux patronaux s'inscrit dans le contexte de l'après-votation du 9 février 2014 sur l'immigration de masse. Elle veut donner une piste sur la manière dont il convient d'appliquer la nouvelle norme constitutionnelle, après l'acceptation de l'initiative de l'UDC.

Potentiel à mieux exploiter

En ce qui concerne le projet présenté, l'idée de mieux exploiter le potentiel des travailleurs indigènes vise à réduire les besoins en personnel étranger qualifié. Et ces besoins demeureront élevés compte tenu de la faible démographie du pays, a dit Valentin Vogt, président de l'UPS. "Le défi à relever est à nos portes."

Le programme "Avenir du marché suisse du travail" s'étendra sur plusieurs années. La première phase s'intéressera aux actifs de plus de 50 ans. Il s'agira de faire bouger les choses en mobilisant directement la base des associations économiques, a expliqué Monika Rühl, directrice d'economiesuisse.

Carrière "en arc"

"L'expérience leur a montré que les appels jetés de haut en bas ne déploient que de maigres effets", a-t-elle précisé. Les organisateurs de la conférence de presse avaient aussi convié des représentants de grandes entreprises, publiques ou privées, comme les CFF, Novartis et Migros, pour faire part de leurs pratiques.

Migros, de son côté, insiste sur la notion de "carrières en arc". Le modèle prévoit une réduction du champ de responsabilité ou du taux d'occupation dans la dernière étape de la vie professionnelle. Cheffe du personnel du géant orange, Marlène Honegger l'a qualifié de "gagnant-gagnant". Les carrières en arc seront intégrées à l'avenir dans les processus des ressources humaines.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS