Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Président de Swiss-Ski, Urs Lehmann n'a pas caché sa joie après le triomphe de Patrick Küng (1er) et Beat Feuz (3e) en descente aux Mondiaux de Beaver Creek.

"Le fait de gagner deux médailles dans l'épreuve reine, dont une en or, représente quelque chose d'énorme pour notre sport en Suisse", a lâché l'Argovien, qui a reconnu qu'il aurait été audacieux de prévoir un tel résultat de ses skieurs. Il a néanmoins confié qu'il avait senti "une énergie très positive" dans l'équipe de Suisse depuis quelques jours, que cela soit du côté des athlètes ou des entraîneurs.

"Nous devons savourer ce résultat, mais sans nous montrer arrogants", a ajouté Urs Lehmann, bien conscient que tout peut tourner très vite en ski alpin. "Si nous n'avions pas récolté la moindre médaille lors de cette descente, nous serions aujourd'hui dans une situation beaucoup moins agréable", a-t-il relevé.

Lui-même ancien champion du monde de descente, en 1993 à Morioka (Jap), Urs Lehmann a estimé que Patrick Küng avait donné une nouvelle dimension à sa carrière. "Patrick ne le sait sans doute pas encore, mais sa vie de skieur va changer. Tout devient différent lorsqu'on est champion du monde", a expliqué l'Argovien, qui avait conquis son titre avec la même marque de skis que le Glaronais (Salomon).

Après le bronze de Lara Gut en descente et le podium du duo Patrick Küng/Beat Feuz, Swiss-Ski a atteint son objectif initial de trois médailles à Beaver Creek. La Fédération est aussi d'ores et déjà assurée de faire mieux que lors des deux précédents Mondiaux à Garmisch (All) en 2011 et Schladming (Aut) en 2013, où elle avait dû à chaque fois se contenter d'une seule médaille d'argent.

"J'espère que cela va nous aider dans nos discussions avec nos partenaires. De tels succès sont généralement précieux au moment d'aller chercher des fonds", a expliqué le président de Swiss-Ski, en place depuis 2008. Il a aussi affirmé qu'il souhaitait continuer de travailler avec Rudi Huber au poste de chef alpin. "Pour moi, il est clair que Rudi Huber va rester. Il n'y a que les médias qui ont évoqué son départ", a-t-il remarqué.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS