Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Roger Federer (no 2) a décroché sans trembler son 73e succès à l'US Open.

Le Bâlois, qui dispute son 64e tournoi du Grand Chelem consécutif, s'est imposé 6-1 6-2 6-2 en 77' face à l'Argentin Leonardo Mayer (ATP 34).

Un homme averti en vaut deux. Roger Federer, qui avait dû écarter cinq balles de match l'automne dernier à Shanghaï pour son seul précédent duel avec Leonardo Mayer, n'a laissé que des miettes à l'Argentin dans le stade Arthur Ashe. Il n'a perdu que 16 points sur son service et a dû faire face à une seule balle de break, qu'il effaçait en claquant un ace. Il menait alors déjà 4-0...

Leonardo Mayer lui a qui plus est grandement facilité la tâche. Il lui offrait son premier break de l'après-midi en commettant une double faute suivie d'une faute directe, et "récidivait" dans le deuxième set en commettant une double faute sur l'ultime point du cinquième jeu alors que le score était de 2-2. L'Argentin a commis 31 fautes directes au total, contre 13 pour son adversaire.

De plus en plus relâché au fil des jeux, Roger Federer a gratifié le public de quelques coups de génie. Dans le septième jeu de la deuxième manche, il tentait ainsi à deux reprises le fameux retour-volée qui a fait le "buzz" à Cincinnati. Auteur de 29 coups gagnants, il concluait par ailleurs ce deuxième set sur un somptueux smash en extension que n'aurait pas renié Pete Sampras.

C'est la 50e fois consécutive que Roger Federer passe le 1er tour en Grand Chelem, un stade de la compétition où sa dernière défaite remonte à l'édition 2003 de Roland-Garros. L'homme aux 17 titres majeurs, qui n'a jamais perdu au 1er tour de l'US Open en 16 participations, a par ailleurs rejoint Ivan Lendl avec cette 73e victoire fêtée à Flushing Meadows. Seuls Jimmy Connors (98 succès) et Andre Agassi (79) ont fait mieux dans cette ultime levée du Grand Chelem.

Sa 74e victoire new-yorkaise devrait suivre jeudi. On imagine en effet mal Marcos Baghdatis (ATP 51) ou Steve Darcis (ATP 66) créer la surprise face à un Roger Federer aussi inspiré.

ATS