Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les États-Unis ont enregistré en 2014 une très légère baisse des infractions pénales commises avec violence, a annoncé lundi le FBI. Des responsables policiers s'inquiètent pour leur part d'une forte recrudescence des homicides en 2015.

La police fédérale américaine a comptabilisé l'an dernier 1'165'383 faits entrant dans la catégorie "criminalité violente", en baisse de 0,2% par rapport à 2013, a-t-elle précisé dans son rapport annuel. Ces faits englobent meurtres, violences ayant entraîné la mort, viols, vols accompagnés de menaces ou violences et agressions avec violences ou armes.

Vues sous un autre angle, ces statistiques représentent un meurtre toutes les 37 minutes et un viol toutes les 4,5 minutes aux Etats-Unis.

Plus de 11 millions de personnes y ont fait l'objet d'une arrestation formelle l'an dernier, a aussi indiqué le FBI.

Phénomène non expliqué

En 2014, le FBI a recensé 444 "homicides justifiés", correspondant selon leur définition aux criminels tués légalement par des agents de forces de l'ordre. Ce nombre, très débattu par les ONG qui surveillent le travail de la police, est en chute par rapport à 2013 (471), mais en hausse par rapport aux années 2010 à 2013.

Pour le FBI, ces résultats généraux s'inscrivent dans une tendance de baisse de la criminalité depuis une vingtaine d'années aux États-Unis.

Ces statistiques sont toutefois rendues publiques alors que le rythme des homicides est reparti à la hausse dans des dizaines de grandes villes américaines en 2015, avec un été particulièrement meurtrier.

Les experts peinent à expliquer précisément ce phénomène et affirment que différents facteurs jouent selon les villes, en premier lieu la drogue, la guerre des gangs et la prolifération des armes.

ATS