Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Kigali - La police rwandaise a arrêté des dizaines de manifestants de l'opposition jeudi. Cette vague d'interpellation a eu lieu alors que le président Paul Kagamé, qui briguera un second mandat le 9 août, déposait son dossier devant la Commission électorale nationale.
Un porte-parole de la police a déclaré que de 20 à 30 personnes avaient été arrêtées pour avoir provoqué des troubles dans la capitale Kigali. Il a ajouté que Bernard Ntaganda, candidat à l'élection présidentielle pour le compte du Parti social Imberakuri (PS-Imberakuri), avait été mis en garde à vue jeudi matin.
Par la suite, le porte-parole de la police a indiqué à Reuters que le candidat risquait d'être poursuivi pour "divisionisme fondé sur l'ethnicité, rassemblement sans autorisation, constitution de groupes de personnes soupçonnées d'être des criminels et tentative de meurtre".
Il serait soupçonné d'être derrière un complot visant à assassiner en début d'année Christine Mukabunani, cheffe de file d'un groupe dissident de son parti PS Imberakuri. "Il (Ntaganda) n'a pas encore été inculpé, nous continuons à l'interroger et à rassembler des preuves", a dit le porte-parole de la police.
Idéologie génocidaireVictoire Ingabire, une autre candidate de l'opposition - qui est par ailleurs inculpée de promotion de l'idéologie génocidaire et d'appartenance supposée à une organisation terroriste - a déclaré que des membres de son parti, les Forces démocratiques unies, avaient été mis en garde à vue alors qu'ils participaient à une manifestation pacifique à Kigali.
"Je pense que plus de 100 (personnes) ont été arrêtées", a-t-elle dit à Reuters par téléphone. Un journaliste de Reuters a assisté devant le ministère de la Justice à l'arrestation de plusieurs partisans de Victoire Ingabire.
Les Forces démocratiques unies, ainsi que le Parti démocratique vert ont appelé à un report de l'élection présidentielle du 9 août afin qu'ils puissent satisfaire aux conditions techniques requises pour enregistrer leur participation au scrutin. Jusqu'ici, ce sont les deux seules formations qui n'ont pas pu s'enregistrer.
Parallèlement à ces événements, le président Kagamé s'est enregistré auprès de la commission électorale. Le chef de l'Etat sortant, qui devrait largement l'emporter le 9 août, a été élu à la présidence du Rwanda en 2003 mais les observateurs estiment qu'il dirige le pays de facto depuis 1994, lorsque l'armée rebelle qu'il menait a mis fin au génocide des Tutsis.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS