Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le rouge et le blanc ont été largement mis en exergue samedi à Varsovie

KEYSTONE/EPA PAP/BARTLOMIEJ ZBOROWSKI

(sda-ats)

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont participé samedi à Varsovie à une marche nationaliste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance. A noter que de nombreux Polonais apolitiques ont rejoint cette manifestation patriotique organisée par l'extrême droite.

La partie officielle de la Fête de l'Indépendance, commémorant la renaissance de l'Etat polonais en 1918, a été marquée samedi matin par la présence du président du Conseil européen Donald Tusk. L'ancien premier ministre polonais est considéré par le parti conservateur au pouvoir comme son ennemi politique juré.

C'est la première fois que M. Tusk assistait à cette Fête depuis l'arrivée au pouvoir des conservateurs en octobre 2015. S'adressant aux médias à l'aéroport de Varsovie, il a déclaré que cette Fête "a toujours été la fête de tous les Polonais et non d'un seul parti. Aucun politicien n'a eu et n'aura de monopole du patriotisme".

Dans l'après-midi, des jeunes gens de noir vêtus, mais aussi des familles avec des poussettes et des personnes âgées ont marché en rangs serrés sur environ trois km sous une forêt de drapeaux blanc et rouge, au milieu des pétards et des fumigènes.

Le mot d'ordre officiel et rassembleur était "Nous voulons Dieu", une expression rappelant un chant catholique interprété parfois aujourd'hui comme un rejet de l'islam.

Outre les classiques "Dieu, honneur et patrie" et "Gloire à nos héros", quelques slogans xénophobes ont été entendus tels que "La Pologne pure, la Pologne blanche", "Foutez le camp avec vos réfugiés" ou "A coups de marteau, à coups de faucille, battre la racaille rouge", un slogan qu'il faut comprendre comme étant à la fois anti-communiste et anti-russe.

Un des orateurs a publiquement affirmé à la tribune que "la culture chrétienne est supérieure à la culture islamique".

Fibre patriotique

Des participants interrogés par l'AFP ont cependant nié toute motivation politique ou religieuse. "Cette marche n'est pas faite pour soutenir le gouvernement, la plupart d'entre nous n'avons aucune opinion politique", a déclaré un travailleur manuel de 43 ans venu de Piaseczno, près de Varsovie. "Simplement, en venant ici, je me sens appartenir à la nation, je me sens fier d'être Polonais".

Il dit "craindre le terrorisme des islamistes qui veulent dominer le monde". Une jeune manifestante a, elle, simpliquement indiqué s'être rendue à cette manifestations "pour se sentir à nouveau Polonaise".

Deux autres manifestations, moins importantes, organisées par des groupes antifascistes et les partis d'opposition à la droite au pouvoir, ont eu lieu samedi à Varsovie. "Je manifeste contre le fascisme qui se répand dans le pays", a indiqué l'une des participantes. "J'ai un frère adoptif qui a la peau noire. Il m'a dit qu'il ne reviendrait pas ici. Il s'était fait insulter par des inconnus", a-t-elle ajouté.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS