Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cinq communes valaisannes sur sept ont refusé mercredi et dimanche en votation le projet de parc naturel régional (PNR) Val d'Hérens. Avec les deux communes restantes, le parc ne peut atteindre les 100 km carrés contigus nécessaires. Le projet est donc mort.

Les citoyens se sont prononcés sur le contrat négocié entre les communes partenaires et l'Association du parc. Le non l'a emporté aux Agettes (75%), à Evolène (69%), Saint-Martin (56%), Hérémence (63%) et à Grône (53%). Le oui est sorti des urnes à Vex (59%) et à Mont-Noble (55%). La participation a été très importante, dépassant les 80% dans certaines communes.

"Nous prenons acte de la volonté populaire. Malgré le résultat, nous restons positifs et tournés vers l'avenir", a indiqué à l'ats Valérie Gaspoz. Pour la coordinatrice du projet de parc Val d'Hérens, "le travail effectué durant ces années, les projets concrétisés et la collaboration entamée ne sont pas perdus et pourront mener à de nouvelles réflexions."

Ce qui est perdu en revanche, ce sont les subventions fédérales et cantonales liées au PNR Val d'Hérens. Soit quelque 400'000 francs par année sur un budget total annuel de 700'000 francs environ.

Débats exacerbés

L'issue du scrutin met fin à plusieurs semaines de débats exacerbés entre partisans et opposants. Les premiers, parmi lesquels figuraient les exécutifs et les offices du tourisme des communes concernées, ont tout fait pour rassurer la population et démontrer l'intérêt d'un tel parc notamment pour l'économie, le tourisme et l'environnement de la région.

Ce sont finalement les arguments des opposants qui ont convaincu la majorité de la population. L'UDC, seul parti politique à s'être officiellement opposé au projet, ainsi que d'anciens présidents de communes et des chasseurs notamment, redoutaient l'ingérence de l'Office fédéral de l'environnement et des écologistes au détriment de l'autonomie communale.

ATS