Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tamoil Suisse critique dans une lettre ouverte les délais jugés irréalistes pour l'assainissement de la raffinerie de Collombey (VS). La compagnie se plaint également de la médiatisation de cette affaire par le canton ainsi que de clauses "punitives".

Dans cette missive adressée au président de l'Union pétrolière et publiée sur le site Internet de Tamoil Suisse, la société proteste contre "la position inacceptable de l'Autorité environnementale valaisanne".

"Il s'agit d'un appel au réalisme", a indiqué à l'ats une porte-parole de la société, confirmant une information du "Nouvelliste". Évoquant les délais fixés pour remplir les objectifs imposés par le canton, Tamoil estime que ses observations "n'ont pas été prises en considération".

"Au lieu de cela, elles ont été accueillies par des décisions imposant une version partiellement modifiée du calendrier actuel avec la menace d'arrêter l'activité de raffinage si les délais n'étaient pas respectés", écrit Tamoil.

"Clause punitive"

Selon elle, "la décision du canton et ses dispositions punitives ont été inutilement publiées" et "des déclarations négatives sur la société ont été ensuite faites par le chef de l'autorité environnementale valaisanne". Enfin, "l'Autorité a décidé d'invoquer une clause punitive qui lui permet d'accélérer le programme de mise en oeuvre de certains travaux".

Selon Tamoil, les autorités valaisannes ont décidé de cette accélération en étant pleinement consciente de sa non-viabilité financière pour la société. La société souhaite maintenant prendre "les mesures qui s'imposent si elle continue à devoir faire face à des décisions punitives, des menaces de fermeture et des dénonciations médiatiques irrespectueuses".

Une démarche "un petit peu étonnante"

Interrogé par l'ats, le chef du service valaisan de la protection de l'environnement Cédric Arnold juge la démarche "un petit peu étonnante". D'autant plus que "durant cette dernière année les travaux progressaient bien".

Concrètement, il souligne que le délai pour imperméabiliser les bacs de rétention avait été fixé en mai 2009 au 30 octobre 2018, à condition que tous les autres délais d'assainissement soient respectés. "Malheureusement, Tamoil n'a pas respecté ces délais, ce qui implique que l'échéance de 2018 a été avancée comme prévu au 30 octobre 2013", a ajouté M. Arnold.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS