Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un des oiseaux les plus rares au monde, un ibis chauve, vit depuis un mois sur le site de la raffinerie de pétrole de Collombey (VS). A l'état sauvage, cette espèce ne se trouve aujourd'hui plus qu'au Maroc, en Turquie ou en Syrie.

Protégé par le mur de Tamoil, au sud de la raffinerie, le volatile mange sa nourriture préférée, les vers de terre, explique à l'ats l'ornithologue Lionel Maumary, confirmant une information parue vendredi dans le quotidien "24 Heures". Le rude hiver devrait bientôt pousser l'ibis chauve à poursuivre sa migration vers le Sud.

Evasion

Si son espèce compte parmi les plus rares et les plus menacées du globe, l'oiseau de Collombey n'intéresse pas outre mesure les ornithologues. "Il s'agit d'un 'évadé' et non d'un représentant de l'espèce à l'état sauvage, le phénomène reste donc peu spontané et peu intéressant", souligne Lionel Mamaury, qui a pu le photographier dimanche dernier.

Celui-ci provient d'un groupe d'une quinzaine d'oiseaux faisant partie d'un projet de réintroduction autrichien, qui apprend à ces derniers à migrer. Il s'est égaré pendant le passage des Alpes pour gagner la Toscane, en Italie.

Balise défectueuse

Lionel Mamaury a pu déterminer son origine en contactant les responsables du projet. Ceux-ci veulent à présent capturer l'oiseau et remplacer sa balise défectueuse.

L'ibis chauve, exterminé pour sa chair, a disparu de Suisse et d'Europe il y a plus de 300 ans. "Malgré une documentation assez rare, nous avons trouvé des preuves qui confirment sa présence au Moyen-Âge, comme des sites de nidification", affirme Matthias Kestenholz, de la station ornithologique suisse.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS