Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Wayde Van Niekerk assure "ne pas chasser les chronos". Le recordman du monde du 400 m (43''03 aux JO de Rio) court "pour s'améliorer", sans se mettre martel en tête.

Beaucoup attendent de lui qu'il succède à Usain Bolt comme LA superstar de l'athlétisme. Le Sud-Africain, réservé mais décontracté, n'a pas encore le charisme du Jamaïcain et détonne par son physique qui évoque plus le demi-fond que le sprint.

Wayde, le record du stade de La Pontaise est de 43''66, par Michael Johnson. Quel est votre objectif pour jeudi, seriez-vous déçu de ne pas courir sous 44'' pour votre premier grand 400 m de l'année?

WVN: "Mon but est d'être régulier et d'arriver en forme, pas de chasser les chronos. L'obsession du temps peut vous limiter. Je ne prends jamais le départ d'une course en pensant battre un record. Le record arrive comme une forme de bénédiction, vous ne pouvez pas le planifier. Vous ne savez jamais comment votre corps réagira le jour J.

Pour l'instant, cette année, vous avez mis l'accent sur le 100 m et le 200 m (MPM en 19''84). Est-ce dans l'optique d'améliorer encore votre vitesse de base pour le tour de piste?

WVN: "Le sprint court, c'est du pur plaisir, la récompense pour ces dernières années de dur labeur passées à préparer le 400 m. Je suis ravi que ma coach (la vénérable Anna Botha, 75 ans, ndlr) m'ait donné l'opportunité de m'aligner sur le sprint. Mais maintenant, je suis de retour aux affaires (sur le 400 m)!"

Vous venez de ravir à Usain Bolt son record du stade d'Ostrava sur 300 m (en 30''81), faut-il y voir une passation de pouvoir?

WVN: "Je suis ravi de faire partie de la génération amenée à pendre le relais après la retraite de Bolt. Mais il nous reste beaucoup de travail. Et surtout, cette année, il faut d'abord songer à remercier Usain de tout ce qu'il a fait pour l'athlétisme. Il est une grande source d'inspiration pour nous tous, et nous devons lui rendre hommage. Récemment, j'ai plaisanté avec lui en lui disant qu'aux JO de Rio, c'est moi qui avais chauffé le public, avant les exploits des Jamaïcains, avec mon record du monde du 400 m. Idem à Ostrava, où j'ai fait monter l'ambiance avant que Bolt n'arrive pour gagner le 100 m."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS