Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'album retrace, à grand renfort de mythologie révolutionnaire, le combat mené début 2014 par Yanis Varoufakis, alors ministre des Finances grec, pour libérer le pays du corset d'austérité imposé par ses créanciers (image symbolique).

KEYSTONE/AP/PETR DAVID JOSEK

(sda-ats)

Yanis Varoufakis en super-héros face à un maléfique Wolfgang Schäuble livrant les Grecs au Minotaure de l'euro-austérité. Le culte de l'ex-ministre grec des Finances se célèbre désormais en bulles en Grèce, avec une BD assumant son simplisme caricatural.

L'album, auquel M. Varoufakis aurait donné son aval, a été mis en vente il y a une semaine, à 3000 exemplaires. Il retrace, à grand renfort de mythologie révolutionnaire, le combat mené début 2014 par le premier ministre des Finances grec de gauche radicale pour libérer le pays du corset d'austérité imposé par ses créanciers.

En vain, puisque le 13 juillet 2013, le Premier ministre Alexis Tsipras devait se résoudre à la prorogation de la tutelle de l'UE et du FMI pour éviter au pays d'être poussé hors de l'euro et le garder sous perfusion financière. Yanis Varoufakis avait démissionné une semaine plus tôt pour ne pas cautionner cette volte-face.

WOW

Le titre de l'album, WOW (Wouah c'est super), renvoie au début de l'épopée Varoufakis, lors de sa première et électrique prise de contact officielle avec le chef de file de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem. Le ministre grec aurait ainsi répondu à son homologue néerlandais qui venait de lui reprocher en aparté de "tuer la troïka", le trio des tuteurs-créanciers du pays.

Le ministre néerlandais figure d'ailleurs avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble sur la couverture, en arrière-plan de leur ancien collègue grec. Ils ressurgissent en maléfiques créatures au fil des séances de négociations de la zone euro, traitées en titanesques combats du bien contre le mal.

Parti pris assumé

Sans deuxième degré discernable, le parti pris des auteurs est assumé. La ligne est celle des dissidents du mouvement Syriza d'Alexis Tsipras, au premier rang desquels l'ex-présidente du parlement, Zoé Konstantopoulou, qui lui ont fait défection en juillet et l'accusent d'avoir trahi les attentes des Grecs.

M. Varoufakis ne s'en est lui jamais pris publiquement à M. Tsipras. Il préfère s'activer désormais au sein du mouvement paneuropéen DIEM 25 pour plus de démocratie et de transparence dans l'UE.

Selon la conceptrice et scénariste de l'album, Chryssa Ariadni Kousela, citée par le quotidien de gauche Journal des rédacteurs, M. Varoufakis a donné aux auteurs, en plus de son accord, quatre textes de sa main, reproduits en fac-similé à la fin de l'album.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS