Toute l'actu en bref

Angela Merkel et Beata Szydlo: maintenir un bon partenariat, au-delà des divergences.

KEYSTONE/AP/ALIK KEPLICZ

(sda-ats)

La chancelière allemande Angela Merkel et la Première ministre polonaise Beata Szydlo ont affirmé mardi à Varsovie leur volonté de coopérer dans l'intérêt de l'Union européenne. Les deux responsables n'ont cependant pas nié leurs divergences.

Mme Merkel s'est dite "heureuse de savoir que la Pologne compte répondre aux questions de la Commission européenne et de la Commission de Venise" sur l'Etat de droit, l'indépendance des médias et de la justice, un sujet sur lequel un froid persiste entre Varsovie et Bruxelles. "Je souhaite que cette discussion soit très constructive", a insisté la chancelière.

"Je suis convaincue qu'un bon partenariat entre la Pologne et l'Allemagne est nécessaire pour que le projet européen soit un succès", que les deux pays "ont un grand rôle à jouer dans les changements qui attendent l'Europe", a dit Mme Szydlo à la presse à l'issue d'un premier entretien avec son invitée allemande.

Le jour de l'accueil officiel de soldats allemands en Lituanie dans le cadre d'un bataillon de l'Otan, la Première ministre polonaise a remercié Mme Merkel pour "l'engagement de l'Allemagne pour renforcer le flanc oriental de l'Otan", important selon elle tant pour la région que pour "la sécurité globale".

La chancelière a dit avoir abordé avec Mme Szydlo la question de savoir ce que les deux parties "peuvent faire ensemble dans l'UE", notamment concernant le changement climatique.

Elle a souligné aussi qu'il fallait rester "prudent" concernant des réformes de l'UE qui devraient être "possibles sans toucher aux traités", y compris en ce qui concerne la possibilité de veto des parlements nationaux, que la Pologne souhaite renforcer.

Relations avec la Russie et les Etats-Unis

De son côté Mme Szydlo a répété que la Pologne "n'acceptait pas" la construction du gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne. La Pologne demande aussi que la politique énergétique de l'UE tienne compte de sa dépendance particulière au charbon.

Les deux dirigeantes ont souligné l'importance de bonnes relations avec Washington, après l'élection du président Donald Trump.

Enfin, concernant les relations entre l'Union européenne et la Russie, la chancelière allemande et la Première ministre polonaise ont convenu qu'une levée des sanctions n'était pas possible car la situation dans l'est de l'Ukraine ne permettait pas un tel assouplissement.

ATS

 Toute l'actu en bref