Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Rome - Le prédicateur du Vatican qui avait fait un lien entre les accusations portées contre le pape et l'Eglise dans les scandales de pédophilie et l'antisémitisme, a présenté ses excuses. Le Vatican avait affirmé que cette comparaison n'était pas la position du Saint-Siège.
"Si j'ai contre ma volonté heurté la sensibilité des juifs et des victimes de la pédophilie, je le regrette sincèrement et je m'en excuse en réaffirmant ma solidarité avec les uns et les autres", a dit le père Raniero Cantalamessa au plus important quotidien de la péninsule, le "Corriere della Sera".
Pendant la liturgie de la Passion du Christ, le père Cantalamessa avait lu devant le pape un passage d'une lettre de "soutien" au pape et à l'Eglise catholique qu'il disait avoir reçue d'un "ami juif".
"L'utilisation du stéréotype, le passage de la responsabilité et de la faute personnelles à la faute collective me rappellent les aspects les plus honteux de l'antisémitisme", disait son auteur.
Ce rapprochement entre l'antisémitisme et la période très difficile traversée par l'Eglise catholique en Europe et aux Etats-Unis avec une cascade de révélations de cas de pédophilie a provoqué l'indignation des associations de victimes et des communautés juives. Certains responsables juifs ont réclamé des excuses du pape Benoît XVI.
Le Vatican a admis le caractère inapproprié d'une telle analogie, affirmant que cette comparaison n'est en aucun cas la position du Saint-Siège.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS