Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Béatrice Métraux aux côtés de Pierre-Yves Maillard et Jean-Francois Meylan, président du Tribunal cantonal (droite) lors de la présentation du dispositif de mise en oeuvre de la réforme vaudoise de la curatelle

KEYSTONE/THOMAS DELLEY

(sda-ats)

Les curatelles imposées prendront fin dans le canton de Vaud dès janvier 2018. La réforme qui mise sur un mélange à parts égales de volontaires et de professionnels devrait entraîner un coût de 11 millions de francs supplémentaires par an.

"Le dispositif est prêt, c'est la fin prochaine de l'exception vaudoise", s'est félicitée lundi Béatrice Métraux. La conseillère d'Etat présentait devant la presse l'ensemble de la réforme en compagnie de son collègue Pierre-Yves Maillard et du président du Tribunal cantonal Jean-François Meylan.

Vaud est le dernier canton suisse à faire le pas et à mettre fin aux curatelles obligatoires, un système décrié, mais qui avait aussi ses partisans. On a beaucoup entendu ceux qui refusaient cette charge, mais lors de l'enquête, l'Etat s'est rendu compte que "des gens appréciaient de faire ce travail", a relevé Pierre-Yves Maillard.

Aujourd'hui, le canton dispose d'environ 30% de curateurs professionnels et de 70% de privés (volontaires et imposés). Le but est de parvenir à 50/50. Pour rendre cette tâche plus attrayante, l'indemnité des volontaires passera de de 1200 à 1800 francs. Une campagne de recrutement sera lancée le 6 juin.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS