Le canton de Vaud va considérablement renforcer l'offre de mobilité à Lausanne. Il sollicite un premier crédit de 153,7 millions de francs pour le développement du métro m2 et la construction du m3 devisée à 582 millions. Cette nouvelle ligne est prévue en 2027.

"Il faut prendre la mesure du projet", a souligné jeudi Nuria Gorrite. Avec, notamment, la ministre des finances lausannoise Florence Germond, la présidente du gouvernement a présenté "l'immense" chantier qui vise à donner un nouvel élan aux métros de la capitale.

Double voie

Le m2 entre Ouchy et les Croisettes, aujourd'hui déjà victime de son succès, se verra enfin doté d'un tunnel à double voie sous la gare où il disposera d'une nouvelle station. La cadence passera sous la barre des deux minutes.

Le futur m3, qui reliera la gare à la Blécherette, fluidifiera le tronçon le plus chargé (Flon-gare) avec une cadence aux trois minutes, avant de desservir Beaulieu, les Plaines-du-Loup et le stade de football de La Tuilière.

Les montants avancés pour cette nouvelle étape "majeure" sont de taille: 228 millions de francs pour le développement du m2, 582 millions pour la construction du m3 et 42 millions du canton dévolus à l'interface de la gare. La Confédération devrait participer à hauteur de 161 millions.

Répondre à la croissance

Nuria Gorrite a esquissé un calendrier idéal. Entre 2025 et 2026 pour la mise en service du nouveau tracé du m2 et en 2027 l'entrée en service du m3. "Notre planning est jouable et il est nécessaire", a lancé la conseillère d'Etat, par rapport à la croissance économique et démographique du canton.

Et les chiffres à cet égard sont parlants. L'agglomération Lausanne-Morges devrait compter d'ici 2030 quelque 75'000 habitants et 45'000 emplois supplémentaires pour un canton de Vaud qui dépassera le million de résidents en 2040.

Attentes dépassées

Aujourd'hui déjà, malgré les améliorations successives apportées, le m2 est très souvent saturé aux heures de pointe. Les prévisions sont dépassées: tandis que l'on tablait sur 25 millions de voyageurs par an en 2030, le métro en transporte actuellement plus de 30 millions, a expliqué Nuria Gorrite.

Plus que jamais, Lausanne représente "un noeud" de transport à l'échelon cantonal comme national. Alors que le projet Léman 2030 va doubler les capacités entre Lausanne et Genève, le RER vaudois apportera sous peu son trafic supplémentaire à la gare.

Favorable au climat

A ces développements logistiques s'ajoutent des ambitions environnementales et sociétales. Il faut "une densification de qualité" couplée à volonté de lutter contre le réchauffement climatique. Une stratégie qui se concrétise par le report modal, de la route aux transports publics, a relevé la cheffe du département des infrastructures.

Ces transports publics doivent être attrayants et efficaces. La ville de Lausanne promet d'y mettre aussi des dizaines de millions de francs, entre autres afin "d'accompagner" l'arrivée du m3. Des places de la ville seront par exemple "requalifiées", a noté Florence Germond.

Même système

Le nouveau m3 sera du même type que le m2, c'est-à-dire automatique et sans chauffeur. Les deux systèmes seront "interopérables" de manière à réduire les coûts en facilitant travail et achats. Mais "on ne sait pas encore" si les nouvelles stations du m3 auront également leur signature musicale, à l'instar du m2.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Contenu externe

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Les musées suisses exposent peu d’artistes femmes

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.