Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal correctionnel d'Yverdon-les-Bains (VD) a condamné mardi un policier vaudois de 40 ans à 60 jours-amende avec sursis pour conduite en état d'ébriété qualifiée. En septembre 2009, pendant son temps de congé, l'homme a pris le volant avec un taux d'alcoolémie d'au moins 1,44 pour mille.

La Cour l'a toutefois libéré des principales charges qui pesaient contre lui. L'agent était accusé d'avoir volontairement percuté un motard devant un bar de la ville, en septembre 2009, pendant son temps de congé. Un de ses collègues et le motocycliste, qui était accusé de dommage à la propriété, ont été acquittés.

"Trop de zones d'ombre"

Le jugement souligne l'incertitude qui règne quand au déroulement des faits dans la nuit du 12 au 13 septembre 2009 devant le bar country de la ville. Les versions des faits des protagonistes, qui "n'ont cessé de varier et d'évoluer à l'enquête et aux débats" ne "permettent pas de savoir ce qui s'est réellement passé".

L'instruction a permis d'établir le fait qu'un des policiers a critiqué les motards, et que l'agent condamné est passé à deux reprises dans la rue située devant le bar. Elle n'a par contre pas permis de déterminer si l'un d'entre eux a réellement été percuté par le véhicule, et quels motards ont porté des coups aux voitures des policiers.

Culpabilité non négligeable

Selon les juges, la culpabilité de l'agent "ne doit pas être minimisée". Policier expérimenté, il a pris le volant dans un "état d'ivresse avancée" et n'a "de loin pas adopté un comportement irréprochable". Après un premier passage, il est revenu sur les lieux, "envenimant la situation".

L'homme, qui "a pris la mauvaise décision" dans tous les choix qu'il a eus à faire, a adopté un comportement "qui aurait pu avoir des conséquences bien plus graves" en repassant près du groupe de motards.

ATS