Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les structures d'accueil vaudoises des requérants d'asile sont débordées. L'EVAM n'a pas pu loger 23 demandeurs arrivés vendredi et a dû trouver dans l'urgence une solution provisoire à Gollion (VD) dans un abri de la protection civile (PC).

Il est "strictement impossible" de loger un aussi grand nombre de personnes arrivant le même jour, constate l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) dans un communiqué diffusé samedi matin. Le taux d'occupation des foyers d'hébergement collectif de l'EVAM atteint 120%. Le nombre de lits par chambre a été augmenté. Caves, cuisines et bureaux ont été aménagés en dortoirs.

Pas de famille dans les abris PC

"C'est une situation très difficile, nos structures sont suroccupées. A Gollion, c'est temporaire parce que nous ne logeons pas des familles dans les abris PC. Ce n'est pas adapté: c'est trop difficile de garder des enfants" dans de tels endroits, a expliqué à l'ats Sylvie Makela, chargée de communication à l'EVAM.

Vendredi, l'Office fédéral des migrations (ODM) a envoyé 23 requérants dans le canton de Vaud pour qu'ils soient hebergés, mais aucune place n'était disponible pour ces cinq familles. L'EVAM s'est tourné alors vers le Service de la sécurité civile et militaire (SSCM).

En accord avec le syndic de Gollion, le SSCM a accepté de collaborer avec l'EVAM. L'abri de protection civile a été aménagé pour recevoir les migrants "quelques jours".

Chiffres à relativiser

Face à l'afflux persistant de migrants, "nous cherchons sur le court, le moyen et le long terme", note la porte-parole.

A moyen terme, l'EVAM ajoute des étages à des bâtiments qu'il possède ou construit des annexes sur des terrains qui lui appartiennent. A long terme, il cherche des bâtiments qui puissent servir assez rapidement à loger cette population.

Aujourd'hui, l'EVAM peut accueillir entre 4000 et 4500 requérants alors qu'il y a 5000 personnes à héberger, indique Mme Makela. C'est beaucoup mais "c'est relatif". Au début des années 2000, dans le contexte de la guerre en ex-Yougoslavie, le canton de Vaud a pris en charge jusqu'à 10'000 demandeurs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS