Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton de Vaud a publié le rapport d'enquête administrative au sujet de la crèche Mosaïque à Lausanne. Des agissements "totalement inadmissibles" s'y sont produits et un éducateur a été licencié pour avoir donné des gifles et des coups de pied à des enfants.

Un des membres du personnel éducatif a "violé ses devoirs". Des cas de gifles et de coups de pied sont avérés, selon l'enquêteur, l'ancien juge cantonal François Meylan. Il a procédé à de nombreuses auditions qui ont duré au total de 21 heures.

L'ex-magistrat pointe du doigt le laisser-aller dans l'ancienne direction de la garderie cantonale, ainsi que des lacunes de gestion. Il a dénoncé également à la justice un fait qui pourrait relever du pénal, indiquent le communiqué de presse et le rapport de l'enquêteur.

Fin novembre, la presse a révélé que le Service du personnel de l'Etat de Vaud (SPEV) avait ordonné une enquête administrative après des accusations de maltraitance d'enfants à Mosaïque. Sept plaintes avaient été déposées fin avril par des parents de la garderie de l'Etat. Elles avaient poussé les autorités à lancer en mai une enquête de surveillance.

Après ses auditions, l'enquêteur n'a retenu que les coups de pied et les gifles. Les accusations apparues dans la presse, comme des enfants bâillonnés avec du scotch, enfermés aux toilettes ou avec des couches pleines d'urine sur la tête, "sont des éléments qui n'ont pas pu être établis", explique à l'ats François Meylan.

Pas un audit de la crèche

L'ancien juge souligne qu'il ne devait pas procéder "à un audit général" de cette crèche de l'Etat, mais vérifier ce que l'on reprochait à une personne. Au final, il y a des faits qui n'ont pas pu être établis, d'autres que l'enquêteur qualifie de "déplacés", les griefs avérés (gifles et coups de pied) et un élément qui a été dénoncé au pénal.

L'enquêteur ne donne pas d'informations supplémentaires sur ce dernier point. Contacté, le Ministère public indique que des vérifications sont toujours en cours sur ces accusations. Une enquête n'est pas encore formellement ouverte, précise le Parquet.

Au fil de ses auditions, François Meylan dit avoir ressenti "un certain malaise" qui régnait à l'époque dans cette garderie. Les coups de pied et les gifles, "je les ai appris par les parents", relève-t-il en constatant que les autres employés n'étaient visiblement pas trop enclins à parler.

Séance houleuse

Dans son rapport, l'ancien juge note par exemple que le 30 octobre 2014, l'Office d'accueil de jour des enfants (OAJE) organise une rencontre avec les parents. La directrice ad intérim expose les mesures de réorganisations décidées.

L'attitude de l'OAJE soulève alors la colère des parents qui ne comprennent pas que les personnes incriminées continuent à travailler à Mosaïque. "L'atmosphère de la réunion est devenue tendue, voire houleuse", écrit l'enquêteur. Le lendemain, le chef du SPEV, Filip Grund, ordonne une enquête administrative.

Eléments nouveaux

Des éléments nouveaux sont sortis ce soir-là, les coups de pied et les gifles, reconnaît le responsable. Selon lui, l'OAJE ne connaissait pas ces faits auparavant.

"C'est malheureux" ce qui s'est passé à Mosaïque, "ce n'est pas admissible". "Nous présentons nos excuses aux parents", ajoute-t-il, en parlant de mesures à l'étude pour soutenir ceux qui en auraient besoin. Outre l'éducateur licencié, deux personnes sont parties à la retraite alors qu'une troisième est suivie dans son activité.

Pour un Etat irréprochable

"Nous voulons un Etat irréprochable", a martelé de son côté la conseillère d'Etat Nuria Gorrite, en parlant d'employés qui ont "failli à leurs devoirs". Elle entend s'atteler désormais "au rétablissement de la confiance, au renforcement du dialogue avec les parents" afin que "la sérénité" revienne et que la garderie (110 enfants) puisse faire son travail.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS