Vaud attend impatiemment des masques chinois

La conseillère d'Etat Rebecca Ruiz attend impatiemment des masques venus de Chine. KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT sda-ats
Ce contenu a été publié le 19 mars 2020 - 18:21
(ATS)

La gestion du matériel devient tendue dans le canton de Vaud pour lutter contre le coronavirus. Le manque de masques est particulièrement problématique dans l'attente d'une grosse commande venue de Chine.

"C'est une course contre-la-montre", affirme la conseillère d'Etat Rebecca Ruiz. La cheffe du Département de la santé et de l'action sociale (DSAS) raconte que "des millions de masques" ont été commandés en Chine, mais que leur acheminement pose problème.

"Le transport est devenu beaucoup plus compliqué. Il faut faire avec de nombreuses contraintes logistiques", relève Mme Ruiz, qui a reçu jeudi quelques journalistes dans les locaux du DSAS. Elle explique que les masques se trouvent toujours en Chine et qu'ils devraient arriver début avril en terre vaudoise.

La conseillère d'Etat souligne que le canton de Vaud, au vu de sa taille, ne peut pas se contenter des masques fournis par l'armée suisse. "Notre situation est vraiment tendue", reconnaît-elle.

La socialiste ajoute qu'elle est en contact permanent avec le personnel soignant, où la diminution des stocks de masque préoccupe. "Il y a vraiment de grosses inquiétudes de la part des gens qui sont au front", relève-t-elle.

La situation est aussi délicate pour les appareils d'assistance respiratoire, sans être aussi critique que pour les masques, note Mme Ruiz. Elle rappelle notamment que l'un des leaders mondiaux à fabriquer ces appareils se trouve en Suisse, et que sa production pourrait être réquisitionnée pour les hôpitaux du pays.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article