Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Parlement vaudois souhaite que la location d'appartements via la plateforme Airbnb soit cadrée dans le canton. (Photo prétexte).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Les députés vaudois veulent cadrer les activités d’Airbnb dans le canton. Ils ont accepté mardi à l'unanimité d'adresser deux postulats au Conseil d’Etat demandant respectivement un état des lieux et un projet de loi pour régir ce phénomène.

Dans son texte, la socialiste Jessica Jaccoud s'interroge sur le nombre de logements soustraits du marché locatif par leur mise à disposition quasi permanente sur la plateforme Airbnb. Rien qu'à Genève, il s'agirait de plus de 370 logements, a-t-elle indiqué. Cette réalité doit aussi être présente dans le canton de Vaud.

Le problème ne concerne pas la famille mettant en location, une semaine par année, son logement, mais le cas du locataire habitant peu ou plus dans son logement et qui le met en permanence sur cette plate-forme. C'est un marché parallèle à la location dans un canton souffrant de la pénurie de logements, a-t-elle relevé.

Concurrence déloyale

S'inquiétant de cette concurrence sauvage, le postulat du PLR Marc-Olivier Buffat invite le gouvernement à proposer un projet de loi sur les conditions-cadres des activités de la plate-forme dans le canton. Il préconise également une obligation d'annonce pour les utilisateurs proposant des locations, à l'instar de ce qui se fait en ville de Berne.

Ces deux propositions ont été soutenues tant à gauche qu'à droite. Alors que, selon Berne, un cadre n'est pas nécessaire, les députés vaudois ont évoqué les problèmes fiscaux, de taxes de séjour et de concurrence déloyale que peuvent provoquer ce type de plate-forme par rapport aux secteurs de l'hôtellerie et de l'agritourisme. Sans oublier la location de logements subventionnés.

Expérience des autres

Certains députés ont souhaité que le Conseil d'Etat tienne compte des expériences d'autres pays (France, Emirats, Espagne) ou d'autres cantons (Berne, Valais).

"Pour éviter que des gens ne s'enrichissent en soustrayant des logements à la location, Airbnb envisage des accords avec 700 villes", a notamment souligné Julien Sansonnens (La Gauche). Dans ce contexte, il a invité le gouvernement à prendre contact avec le site américain.

Pour le gouvernement, cette thématique est importante, a déclaré la conseillère d'Etat Béatrice Métraux en charge des institutions. Faute des forces nécessaires à l'interne, l'étude sera confiée à un mandataire externe qui en a déjà effectué dans d'autres cantons. "Avant de proposer quelque chose, on doit avoir ce bilan", a-t-elle relevé.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS