Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis et la Présidente du gouvernement Nuria Gorrite lors du débat au Grand Conseil sur la situation fiscale du grand argentier.

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Le Conseil d'Etat vaudois entend respecter les droits des journalistes et ne pas entraver leur travail. Sa présidente Nuria Gorrite a répondu mercredi à une lettre ouverte d'Impressum qui demandait de ne pas "bafouer" la liberté de la presse.

Questionnée par l'ats au sujet de la missive de l'association de journalistes envoyée mercredi en début d'après-midi, la conseillère d'Etat Nuria Gorrite a brièvement clarifié la situation en début de soirée. Avant une réponse du gouvernement "dans les meilleurs délais", précise-t-elle.

Pas entraver la presse

Nuria Gorrite a tenu à "dissiper d'emblée tout malentendu". "Les dispositions prises par le Conseil d'Etat (à distinguer des informations non confirmées reprises par divers médias) à la suite des fuites qui ont concerné son fonctionnement interne et dont il entend se protéger, ne sont en aucune façon de nature à entraver le travail des journalistes".

La présidente du gouvernement poursuit. "Le Conseil d'Etat n'ignore rien des droits attachés à votre profession; il entend évidemment les respecter", affirme-t-elle dans son bref courrier.

Vive préoccupation

Dans sa lettre ouverte, Impressum fait part de "sa profonde préoccupation". L'association revient sur des informations parues dans le cadre de l'affaire Broulis et faisant état d'un contrôle des numéros sur les factures de téléphone notamment des conseillers d'Etat. Elle relève que ces informations ne sont pas "infirmées" par le gouvernement.

Impressum demande "de ne pas bafouer la liberté de presse par une mesure qui aboutit au risque de contrôle exagéré des journalistes". L'association prie l'exécutif "de surseoir au contrôle proposé dans les meilleurs délais".

Préserver la confidentialité

Pour mémoire, le Conseil d'Etat vaudois a indiqué ce week-end qu'il a "décidé unanimement de prévenir les atteintes à la confidentialité des débats" après certaines fuites dans l'affaire concernant la situation fiscale de Pascal Broulis. Il ne commente pas les mesures prises qui visent à préserver la confidentialité, qui est "la base de la collégialité", soulignait Nuria Gorrite.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS