Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quito/La Paz - Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'Union des nations sud-américaines (Unasur) se tiendra jeudi à Quito pour évoquer la brouille entre Caracas et Bogota, a annoncé l'Equateur. Un peu plus tôt, le président bolivien avait appelé de ses voeux l'organisation d'une telle réunion.
"L'agenda proposé abordera comme points principaux la rupture des relations entre le Venezuela et la Colombie, et l'adoption de mécanismes qui rendront possible le renforcement du dialogue de paix dans la région", a encore indiqué le ministère équatorien des Affaires étrangères.
De son côté, le secrétaire général de l'Unasur, Nestor Kirchner, rencontrera lundi à Buenos Aires le président élu de Colombie, Juan Manuel Santos, pour évoquer la crise diplomatique entre Bogota et Caracas, a-t-on indiqué de source proche de l'ancien président argentin.
Le gouvernement vénézuélien avait demandé jeudi à l'Equateur, président temporaire de l'Unasur, d'organiser en "urgence" une réunion des chefs de la diplomatie du bloc régional pour "dénoncer les graves agressions" de Bogota contre Caracas. Le président bolivien Evo Morales a fait de même samedi.
Evo Morales, politiquement proche de Hugo Chavez, a estimé que la région était menacée d'un conflit à cause de la politique pro-américaine menée par le président colombien sortant, Alvaro Uribe.
Malgré les discours vifs entre les deux pays, la plupart des observateurs estiment toutefois qu'un conflit armé est peu probable. La frontière entre Colombie et Venezuela était calme samedi.
Alvaro Uribe sera remplacé le 7 août par le président colombien élu Juan Manuel Santos. Hugo Chavez a indiqué espérer un retour à la normale des relations sous la présidence de Santos, qui a pris soin de ne pas faire de commentaires sur les tensions actuelles.
Le président vénézuélien Hugo Chavez a rompu jeudi les relations avec la Colombie, en réponse aux accusations de Bogota qui lui reproche d'accorder refuge sur son territoire à des rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS