Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ventes de voitures vont augmenter cette année, avant de repartir à la baisse dès 2016, estime BAKBASEL. Les baisses de prix occasionnées par l'abandon du taux plancher expliquent cet "essor temporaire", selon l'institut bâlois.

BAKBASEL prévoit une progression de 6,9% sur un an du nombre de voitures neuves immatriculées en 2015, à 323'000 véhicules. L'augmentation touche également le marché de l'occasion, avec 854'000 changements de mains cette année, soit 2,3% de plus qu'en 2014.

"Les remises liées à l'euro et les baisses des prix catalogue par les fournisseurs ont nettement augmenté l'attrait tarifaire des véhicules", a écrit mardi BAKBASEL dans un communiqué, citant également "les conditions de financement avantageuses" pour expliquer cette "pluie de demandes" pour les voitures de tourisme.

Selon les chiffres de BAKBASEL, dont l'étude a été mandatée par l'Union professionnelle suisse de l'automobile (UPSA), la progression des ventes a été particulièrement vive durant les neuf premiers mois de 2015 (+9,3% sur un an), alors qu'un léger tassement est attendu pour le dernier trimestre.

Retour à la baisse dès 2016

L'embellie de 2015 ne devrait toutefois pas durer. A en croire Urs Wernli, président central de l'UPSA, "le nombre d'immatriculations de voitures neuves étonnamment élevé ne doit pas donner une impression fallacieuse", dit-il, cité dans le communiqué. Du coup, pour 2016, BAKBASEL prévoit "un fort recul" des immatriculations des voitures neuves (-8,1% sur un an à 297'000 véhicules), tandis que le marché d'occasion va rester stable (+0,5% à 854'000).

Cette contraction est justifiée par la "lente remontée de l'euro", qui va mettre fin aux rabais accordés par les garagistes. Dans un marché avec des tendances à la saturation, cela va se répercuter sur les ventes de voitures, a précisé l'institut bâlois.

A long terme, la baisse devrait se poursuivre, a prévenu BAKBASEL. Selon les économistes bâlois, divers paramètres mondiaux (baisse économique en Chine, hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis) et nationaux (politique environnementale, mise en oeuvre de l'initiative relative à l'immigration de masse) vont indirectement peser sur la branche de l'automobile en suisse.

Pour ne rien arranger, BAKBASEL estime que le secteur sera soumis ces prochaines années "à une guerre d'éviction permanente avec un effilage du dense réseau de distribution suisse".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS