Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les gouvernements des cantons de Genève, Vaud et Fribourg proposent la création d'un nouvel établissement autonome de droit public pour mieux gérer le trafic autoroutier des trois cantons. Son entrée en vigueur est espérée au 1er janvier 2019.

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Réunis au sein d'une même unité exploitant les autoroutes situées sur leur territoire, Genève, Vaud et Fribourg doivent renforcer les synergies, réclame l'OFROU. Pour y parvenir, les trois cantons veulent créer un établissement autonome de droit public.

Depuis 2008, la Confédération est propriétaire des routes nationales. Leur exploitation revient toutefois aux cantons qui sont répartis au sein d'onze unités territoriales. "L'unité dans laquelle nous nous trouvons avec les cantons de Genève et Fribourg est la plus importante du réseau", a expliqué vendredi à Lausanne la conseillère d'Etat vaudoise Nuria Gorrite.

Elle comprend huit centres d'entretien et compte quelque 180 collaborateurs répartis au sein des trois cantons. Des cantons qui ont chacun conservé leur propre direction des routes ou du génie civil ainsi que leur organisation et leur matériel.

Améliorer l'efficience

"L'Office fédéral des routes (OFROU) veut que nous améliorions l'efficience de l'entretien et que nous diminuions les coûts à hauteur de trois millions de francs par an", poursuit la ministre vaudoise. L'office attend par ailleurs des trois cantons qu'ils mettent sur pied une direction unique qui gère cette exploitation.

"Actuellement, la structure est complexe et lourde. Il y a des redondances, des volumes peu optimaux", reconnaît le conseiller d'Etat genevois sur le départ Luc Barthassat. "Et nous avons la conviction qu'une certaine harmonisation permettra une meilleure utilisation des deniers du contribuable", abonde le ministre fribourgeois Jean-François Steiert.

Après avoir étudié différentes variantes, le trio a opté pour un établissement autonome de droit public qui confère une autonomie juridique et financière à l'unité. Il regroupera l'ensemble du matériel et des véhicules. Quant à l'unité, elle prendra le nom de SIERA pour Service intercantonal d'entretien du réseau autoroutier Genève, Vaud, Fribourg.

Service public

"Dès le départ, il y avait une volonté de préserver le service public et de ne pas modifier les conditions cadre de travail des collaborateurs", insiste Nuria Gorrite. Dans le modèle retenu, les 180 collaborateurs restent ainsi engagés par leur administration cantonale respective, aux conditions actuelles et aucun poste n'est supprimé. Les administrations cantonales se retrouvent toutefois sous une direction commune.

Du côté des potentiels d'économie, les ministres indiquent qu'une partie de l'électro-mécanique jusque-là gérée par des tiers sera internalisée. En utilisant graduellement le même matériel, les cantons espèrent aussi diminuer les frais notamment d'entretien et une meilleure organisation devrait permettre d'optimiser l'exploitation.

Agenda serré

Mais la formule n'est pas encore validée. La proposition doit en effet passer entre les mains d'une commission interparlementaire composée de députés des trois cantons puis être ratifiée par les Grands Conseils. Objectif de mise en oeuvre: janvier 2019.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS